Publication partenaire

18 novembre 2018, Dans la poudreuse sur la Gillespie

Dans la vie, il faut vivre selon ses moyens… et ça s’applique aussi au ski !

Mes moyens physiques sont modestes en ce début d’année. Alors je m’étais fixé un objectif modeste pour ma randonnée d’aujourd’hui : parcourir la piste Gillespie entre Val-David et Val-Morin.

Longue d’environ 4  km, cette section de la Gillespie contourne par le nord le parc régional Val-David-Val-Morin.

J’ai bien aimé l’allez-retour que j’ai fait sur ce trajet pour plusieurs raisons.

La première est totalement circonstancielle : incroyable à quel point il y a déjà de la neige dans les Laurentides : j’ai skié toute la journée dans de la belle poudreuse en «touchant le fond» quelques fois seulement.

J’ai aussi aimé le profil de ma randonnée. En partant de l’auberge du Vieux-Foyer comme je l’ai fait, la Gillespie commence par grimper longuement dans une colline, en traversant notamment le «Jardin du Précambrien», un genre de galerie d’art en plein air où on peut admirer quelques œuvres.

On gagne environ 120 mètres d’altitude en grimpant la colline, puis on en perd une soixantaine quand on redescend de l’autre côté jusqu’au lac LaSalle.

Résultat : quand on fait l’allez-retour, le retour se passe pas mal plus vite que l’allez !

Sur le chemin du retour il a fallu que je dévale la colline en douceur aujourd’hui, parce que la couverture de neige reste assez mince ; mais cette longue descente doit être drôlement agréable dans des conditions idéales.

Dans ce secteur, la Gillespie est aussi très bien balisée et facile à suivre… comme le prouvent les nombreuses photos de panneaux de signalisation que j’ai prises aujourd’hui !

Pour toutes ces raisons, je pense que cette section de Gillespie constitue un bon terrain de jeu pour s’initier au ski nordique en terrain montagneux… ou pour faire une petite randonnée de remise en forme en début de saison !

J’ai fini ma sortie en prenant un café à l’auberge du Vieux-Foyer, un endroit où il faudrait bien que je finisse par passer une nuit. J’inscris ça à mon programme de l’hiver !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste à scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.