Airplane Gully et Snowfields: on skie dans le nord-est! – 28 et 29 mai 2017

Ce texte, écrit conjointement, présente les journées bien différentes de Pierre et de Marc-Antoine au Mont Washington (secteurs Great Gulf et Snowfields). 

[PIERRE – le 28 mai 2017: Airplane Gully]

À 9h, les skis sur le dos, je marche d’un bon pas sur la Gulfside Trail, qui suit la longue crête du Great Gulf menant du Mont Washington jusqu’aux sommets nord de la chaîne présidentielle. Peu de temps après avoir emprunté ce sentier, l’objectif de la journée se dévoile: un long couloir bien enneigé sur environ 350 mètres de dénivelé, avec une inclinaison constante de 45 degrés. C’est Airplane Gully:

Ce couloir, que j’ai déjà skié dans le passé, est très esthétique. Enclavé entre deux parois rocheuses, il est long, étroit et bifurque vers la gauche, dans partie médiane, pour diriger les skieurs vers le lac Spalding.

La quantité de neige est impressionnante pour un 28 mai!

Sur la photo ci-dessous, on voit un skieur dans la partie supérieure du couloir. Un peu plus bas, on aperçoit la bifurcation.

L’hiver, l’accès à ce secteur décourage plus d’un skieur; il n’y a, en effet, aucun moyen facile de s’y rendre et, surtout, l’arrivée se fait par le sommet donc c’est  difficile de vraiment avoir une bonne idée des conditions de neige et d’avalanche. (Le principal accès l’hiver est en fait l’ascension par le Cog; néanmoins, il ne faut pas oublier qu’après avoir descendu un des couloirs du Great Gulf, on doit remonter sur des pentes très exposées puisqu’il n’y a pas d’issue par le bas.)

Au printemps toutefois, lorsqu’il est possible d’emprunter la Mont Washington Auto Road, le secteur du Great Gulf devient plus accessible, ce qui amène évidemment son lot d’habitués et de nouveaux-venus cherchant une alternative au traditionnel Tuckerman Ravine. Malgré cela, l’endroit reste somme toute assez peu achalandé et l’ambiance y est relaxe.

Je profite à fond de chaque descente; après tout, ce sont les dernières de la saison:

Il faut évidemment remonter à l’huile de muscles de jambes:

 

Quant à moi, après quatre descentes d’Airplane Gully, je décide d’aller terminer ma saison sur le Snowfield au sommet du Mont Washington. La patch de neige offre environ 150 mètres de dénivelé sur une bonne largeur.

Sur ce, bon été et à l’hiver prochain!

[MARC-ANTOINE – le 29 mai 2017: Snowfields]

C’est quoi au juste le « slackfest »? Le slackfest prend sa première syllabe du mot slackcountry. Le slackcountry consiste à utiliser une auto pour atteindre la destination évitant ainsi une approche traditionnelle à la sueur de son front. Bon an mal an, l’ouverture du chemin qui mène au sommet du mont Washington se fait aux alentours de la longue fin de semaine du « Memorial day ». Plusieurs Américains (et Canadiens qui prennent congé) se donne donc rendez-vous du ski mémorable.

Alors que Tuckerman ravine n’a plus besoin de présentation, les secteurs des « snowfileds » et du « great gulf » sont un peu moins fréquenté pour les raisons énumérés par Pierre plus haut.

Il faut être opportuniste pour profiter de ces deux secteurs. Rendu à la fin mai, la couverture neigeuse disparait rapidement et tiens habituellement une semaine ou deux avant de disparaître jusqu’à la saison prochaine. Étant donné le congé férié américain, la journée du lundi est habituellement très populaire pour les adeptes de skis.

Comme vous le savez la météo est très capricieuse au mont Washington. Les prévisions pour la journée n’était guère encourageante lorsque j’ai consulté différents site météo tout au long de la semaine. Ceci en a probablement découragé plus d’un de se rendre à la montagne aujourd’hui.

Après un départ très tôt ce matin, je suis arrivé premier, quinze minutes avant l’ouverture prévue à 8h30, dans la ligne d’attente devant la barrière menant au sommet. Les fidèles qui malgré tout se sont rendu au pèlerinage ont tous rebroussé chemin lorsqu’on nous a annoncé que la route était fermée pour une durée indéterminée suite a un glissement de terrain survenu durant la nuit. N’ayant pas prévu une ascension à pied via Pinkham Notch, la monté de la montagne en sandale ou en bottes de skis (les deux seuls types de chaussures que j’avais apportées) ne s’avérait pas une option. J’ai donc sagement attendu l’ouverture de la route qui s’est faite vers 10h15.

Les cumulonimbus qui tapissait le ciel ce matin laissait présager un important déluge. À ma grande surprise, les nuages ont disparu aux alentours de 5000 pieds d’altitude pour laisser place à un ciel plus dégagé en altitude.

Inutile de vous dire qu’avec tous ces éléments malheureusement réunis, le slackfest habituel avec les BBQ, les filles en bikini, les radios et le parcours de slalom n’étaient pas de la partie. Je me suis donc sagement replié sur le secteur des « snowfields ».

Au total, 4 descentes dans de belles conditions avant de devoir retourner sagement à la maison. Les absents se mordront probablement les doigts en regardant les photos.

Pour ma part, il me reste une sortie de prévu à l’agenda, afin de sécurisé mon titre de plus longue saison de ski sur neige dans l’est, avant de ranger mes skis définitivement.

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Airplane Gully et Snowfields: on skie dans le nord-est! – 28 et 29 mai 2017"

Me notifier des
avatar

Bravo les gars ! Il est superbe ce couloir. Il en reste pour encore deux semaines à voir vos images.

wpDiscuz

À PROPOS DE L'AUTEUR

Pierre Pinsonnault

Son intérêt pour la nature et le grand air se décline en deux principales activités : le ski alpin (sa grande passion) et la randonnée en montagne. Rédacteur professionnel dans la vie de tous les jours, et prenant un malin plaisir à photographier les paysages d’hiver et les skieurs lorsqu'il pratique son sport de prédilection, Pierre aime écrire sur le ski et partager ses expériences, photos à l’appui.