VOS SPORTS:
Publication partenaire

Assez c’est assez ! – Massif du Sud – 24 décembre 2018

La pluie des derniers jours nous a englouti la cervelle.  À un point tel que nous avons passé la fin de semaine à magasiner et à écouter des séries sur Netflix.  Ouash, quel gaspillage de vacances !  Ce matin, un brin de lucidité me revient : assez c’est assez, on s’active et on va skier.   Mon fils aîné décide de m’accompagner.  Direction Saint-Philémon pour grimper à 915 mètres d’altitude !

En chemin, nous constatons que les ruisseaux et rivières coulent à flots.  Les bancs de neige ont quasiment disparus.  Dans les champs, on distingue bien les chaumes de céréales et les cotons de maïs.  Mais rendu à la montagne, le paysage est tout différent.  Les conifères demeurent chargés de neige, c’est bon signe !

Malgré notre arrivée tardive en milieu d’avant-midi, le stationnement est vide.  Dans le chalet, la majorité des casiers sont également vides.  Nous aurons la montagne pour nous seuls (ou presque).

Du haut de notre première chaise de la journée, les pistes sont très invitantes.  Une mince couche de neige fraîche semble recouvrir le sol.  On se demande si c’est glacé en-dessous ???

Les sous-bois sont tous fermés.  Le couvert de neige semble généralement complet, mais sans surprise, il a maigri.  D’après les discussions entendues dans la cabane du sommet, les arbres renversés sont maintenant très apparents et encombrants.  La surface est croûteuse et parsemée de rigoles creusées par le ruissellement de la dernière pluie.  Selon le patrouilleur à la barbe de Père-Noël, il faudra un bon 60 cm de nouvelle neige avant leur ouverture…

C’est donc dans les pistes damées que nous avons passé l’ensemble de notre journée.  Toutes sont accessibles à l’exception de la Villageoise (9).  Je qualifierais la surface de neige granuleuse sur fond durci.  Les indésirables balles de golf sont absentes.  Les plaques glacées sont rares, mais bien indiquées.  Il faut rester alerte et bien contrôler notre vitesse.  Je me méfie à chaque descente dans une nouvelle piste, que j’explore attentivement avant de me lancer à fond par la suite.  Mes skis sont bien aiguisés et au final, la glisse est plus que satisfaisante.

En fin d’après-midi, en arrivant près du sommet, nous remarquons les bancs relevés des chaises de l’autre côté du fil.  C’est signe que le remonte-pente va bientôt fermer.  Mais nous ne sommes pas rassasiés.  La descente qui s’ensuit n’a qu’un objectif : rattraper les bancs relevés.  S’il y avait eu un photo-radar sur la Grande-Allée, il aurait « flashé » pour sûr !  Mais le but est atteint et on nous permet une ultime remontée.  Nous ferons notre dernière descente dans la familiale, question d’étirer le plaisir sur 3,5 kilomètres.

Fiston et papa n’ont pas regretté leur sortie.  Il y avait suffisamment de neige pour s’amuser aujourd’hui. Et en passant, jusqu’au 26 décembre, la station offre un rabais de 25 % sur le billet journalier.  Profitez-en et joyeux Noël à tous !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Lacroix
Christian Lacroix vit en Beauce et travaille en horticulture, ce qui lui laisse du temps pour les sports de glisse. Planchiste de longue date, récemment converti au ski, il pratique ce sport principalement en famille. Leur devise: une journée en ski, active, dehors et loin des écrans c’est une journée réussie!