Publication partenaire

Au sommet de la montagne Grise, 22 avril 2018

Quand j’ai décidé de me mettre au ski nordique, il y a quelques hivers, c’était dans l’espoir d’allonger ma saison après la fermeture des centres de ski de fond à la fin mars.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça fonctionne cette année !

Il faisait plus de 10 degrés aujourd’hui dans les Laurentides, mais peu importe : il y a encore beaucoup de neige en forêt au nord de Sainte-Adèle, et ça m’a permis de faire une de mes plus belles randonnées de la saison sur le sentier Inter-Centre et jusqu’au sommet de la montagne Grise.

Bien sûr, comme le mercure était descendu sous zéro durant la nuit, la neige était gelée solide quand je me suis mis en route vers 10h30. Mais le chaud soleil n’a pas tardé à transformer la surface en sloche très agréable à skier.

J’ai profité de cette journée inespérée pour explorer l’extrémité ouest du sentier Inter-Centre en partant du point d’accès du chemin du Nordet, où on trouve un vaste stationnement et où le sentier commence comme ça…

J’ai pris le sentier Inter-Centre et j’ai commencé par me rendre au refuge le Nordet, un trajet d’environ 7 km qui m’a donné du fil à retordre sur la glace du matin.

Pendant un bon bout, le sentier court au flanc de la montagne Grise et on skie «incliné», un pied plus haut que l’autre. Pas facile quand on a du mal à s’accrocher sur la surface glacée et que nos skis ont envie de filer vers le bas de la pente.

C’est une randonnée solo où j’ai fini par faire beaucoup de «social». En route vers le refuge du Nordet, j’ai croisé par hasard Bri7, un gars avec qui j’ai fait deux randonnées cet hiver. Et une fois au refuge, j’ai reçu la visite de Jack !

Non, pas le fantôme de Jackrabbit Johannsen. Plutôt Jack Gauthier, un «vrai de vrai» skieur qui a une piste à son nom dans le réseau de Plein Air Sainte-Adèle.

C’est un sentier qu’il a aménagé lui-même, avec l’aide d’un groupe d’amis. Je l’ai parcouru plus tôt cet hiver avec plaisir… et aussi avec difficulté parce que son trajet est assez corsé merci. Je me suis donc fait un devoir de le remercier…

Jack était accompagné de Bob et Francine, et j’ai passé un bon moment à jaser avec eux avant d’allonger ma randonnée en grimpant jusqu’au sommet de la montagne Grise.

C’est une ascension de 2,6 km et d’environ 200 mètres qui a été le clou de ma sortie. À partir du refuge Le Nordet, la montée par le sentier La Grise est agréable et riche en paysages variés. Et on trouve au sommet un magnifique point de vue vers l’est.

Après avoir pris quelques photos, j’ai rebroussé chemin et fait une belle descente en retournant au refuge.

Près du sommet, on descend à coup de virages en lacets, entre deux murs de conifères. Ensuite, il y a une section plus ouverte où on peut louvoyer entre les arbres.

C’est toutefois la dernière section avant le refuge qui m’a vraiment séduit. Il nous reste alors à peu près 120 mètres de dénivelé à dévaler et on peut s’amuser ferme en restant dans le sentier qui est large et serpente agréablement, ou en sortant de chaque côté du sentier pour une fois de plus louvoyer parmi les arbres.

J’ai tellement aimé cette section-là que je l’ai faite deux fois plutôt qu’une avant de reprendre le sentier Inter-Centre pour revenir vers la civilisation.

Je suis arrivé à ma voiture avec à peu près 16 km dans les jambes et le réservoir d’énergie à zéro. Disons que c’est beaucoup de kilomètres, avec mes gros skis et mes bottes en plastique, quand il fait aussi chaud!

Il faut que je le redise en terminant: incroyable randonnée pour un 22 avril !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste à scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.