VOS SPORTS:
Publication partenaire

Belle journée à Tremblant malgré l’achalandage monstre – 16 Mars 2018

Je me souviens lorsque j’étais au secondaire, on avait tellement hâte à la sortie de ski au Mont-Tremblant. Pour moi, c’était la montagne d’excellence dans les Laurentides. Le parc à neige était gigantesque avec ses 3 sections, dont une demi-lune qui se comparait aux plus grands. Il était vraiment attrayant et nous donnait le goût de passer des heures dedans. Cependant, depuis quelques années, on dirait que Tremblant a perdu son identité. La montagne est tellement bondée qu’ils ne se donnent plus la peine de se forcer. Lorsqu’on arrive au sommet, la circulation est chaotique tellement il y a du monde partout. Ce chaos se transporte sur les pistes et ça devient dangereux de skier sur celles-ci, surtout du côté du Versant Sud. Ça enlève le goût de descendre les pistes du côté Sud malgré le fait qu’elles sont très intéressantes. 

Un autre élément m’a frappé ce matin en allant chercher mon billet journalier, c’est le prix affiché. Le prix d’entrée est de 89$ avant taxes, ce qui fait que si vous calculez les taxes provinciales et fédérales, et que vous ajoutez la taxe de 3% que Tremblant impose sur chaque achat sur la montagne, vous obtenez un beau montant de 105$, pour pouvoir apprécié une partie de la montagne et devoir faire les files d’attente aux remontées mécaniques. À ce prix, je me demande si on en a vraiment pour notre argent, surtout si on calcule le nombre de descentes qu’on peut effectuer durant une journée.

 
Cependant, lorsque les conditions sont aux rendez-vous, la montagne devient vraiment intéressante et c’est pourquoi, je me suis rendu à la montagne ce matin. J’ai décidé de découvrir des pistes que je ne connaissais pas. Avec les accumulations reçues des derniers jours, je n’avais pas le choix de commencer ma journée dans le sous-bois « Brasse Camarade ». C’est le seul sous-bois de la montagne que je n’ai pas encore eu la chance de découvrir. Il se trouve du côté du Versant Soleil et pour vous y rendre, vous devez passer par la piste « Franc Sud ». Vous ne pouvez pas le manquer, car il y a toujours une banderole pour vous rappeler de faire attention aux découverts. Or, ce matin, il n’y avait aucun découvert et il restait plusieurs lignes d’attaque à tracer. C‘est vraiment un beau sous-bois, le passage entre les arbres demande une bonne technique et une bonne fluidité dans le mouvement. Par la suite, lorsque vous sortez du sous-bois, vous pouvez continuer votre périple dans le sous-bois qui se nomme » La jamme« . Ce n’est pas le sous-bois le plus difficile, malgré l’écriteau qui annonce une piste difficile. Si les jambes vous font souffrir en sortant de cette piste, vous pouvez profiter du refuge qui se trouve à la sortie. 

De retour au sommet, je me dirige vers les cartes de la montagne qui sont affichées en face de la gondole. Si vous ne connaissez pas la montagne, ne vous gênez pas pour demander aux guides qui sont à votre disposition. Chaque fois que je viens à Tremblant, il y a une piste que je veux absolument descendre au moins une fois. Elle est rarement ouverte dû à son inclinaison et ses bosses qui demandent des conditions optimales. Je parle ici de la piste « Zig-Zag« . Je suis chanceux aujourd’hui, car le guide me dit que la piste est en parfaite condition sauf peut être un peu de glace en entrant. Il me donne sa bénédiction et en voyant mon sourire, me lance  » profites-en !« . 

Parmis les pistes de la montagne, je crois que c’est la piste que je préfère le plus. Rendu à mi-montagne du côté Sud, il faut absolument prendre le télésiège « TGV » pour remonter, car si on a le malheur de continuer jusqu’en bas, on perd énormément de temps dans la file d’attente à la télé-cabine. Rendu au sommet, j’ai voulu me sauver de la foule en me rendant sur le Versant Edge. C’est souvent le versant le moins achalandé dû aux pistes qu’on y retrouve. Cependant, ce matin, c’est un versant populaire avec la neige qu’il y a dans les bois. J’ai redécouvert le sous-bois « Émotion ». C’est vraiment un beau sous-bois qui est accessible à tout le monde, mais il faut quand même être bien à l’aise sur ses skis. Il y a une bonne pente et plusieurs sauts pour tous les goûts.

Le dernier sous-bois qui me reste à découvrir, est celui qui se prend par le parc à neige. Pour vous y rendre, mieux vaut avoir une bonne vitesse pour monter la pente qui mène au sous-bois. Rendu au sommet, vous avez trois options qui s’offrent à nous. Vous pouvez continuer tout droit pour la piste « le tunnel » ou bien prendre le sous-bois qui se trouve à gauche ou à droite de la piste. L’option que je préfère, est celui de droite qui est vraiment génial et aujourd’hui, il était moins utilisé et la neige était aux rendez-vous.

Tremblant reste ma montagne préférée des Laurentides, cependant, avec le virage que la montagne est en train de prendre, je me demande bien si j’en ai vraiment pour mon argent si je compare mon expérience avec les autres montagnes des environs qui offrent le billet à un prix plus raisonnable et avec un temps d’attente moindre. De plus, s’ils ne font pas de changement, la montagne va devenir une destination attrayante seulement pour les touristes.  D’autant plus que l’an prochain, la passe de saison sera disponible seulement si on paye en argent américain puisque la montagne a été vendu au groupe « Alterra  Mountain Compagny » qui offre uniquement la « Ikon pass ». On ne pourra plus acheter seulement la passe pour Tremblant et je trouve ça bien dommage pour les gens comme moi qui sont fidèles à la montagne, année après année. 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-Sébastien De Maria
Amoureux du ski depuis plus de 25 ans, Jean-Sébastien cherche constamment à pousser ses limites et à trouver de nouvelles pistes à tracer. Affectionnant particulièrement Val Saint-Côme et Le Massif de Charlevoix, il n’est pas rare qu’il traverse la frontière pour profiter de la neige fraiche vermontoise. Toujours à l’affut des nouvelles technologies, il se garde informé et partage ses découvertes avec nous!