VOS SPORTS:
Publication partenaire

Belle journée de poudreuse au Mont-Comi – 10 mars 2018

À mon réveil ce matin, je me suis empressé de regarder par la fenêtre avec espoir. Lorsque j’aperçu la neige qui tombait à plein ciel, un sourire s’est installé sur mon visage tel un enfant devant ses cadeaux de Noël. Comme mon grand-père le disait : « Il neige avec un vent du « Nordet », ça va être beau dans les pentes! ». Ça voulait dire dans le langage de cette génération, une belle journée de poudreuse en vue ! Nous nous sommes mis en direction du Mont-Comi.

Étant moi-même originaire du bas du fleuve, j’ai skié cette station à maintes reprises dans mon enfance. J’avais donc hâte de voir, une vingtaine d’années plus tard, si tout était encore comme dans mes souvenirs. À notre arrivée, mes yeux balayaient et scrutaient tout. Le stationnement, le chalet, les remontées mécaniques, rien n’avait changé… Même le vieux piano au fond de la grande salle y était toujours.

Après avoir enfilé nos bottes, c’est sur une bonne vieille musique de CCR, qui provenait du haut-parleur extérieur du chalet, que nous avons récupéré nos skis. Direction… Télé 1 !

Lors de notre ascension vers le sommet, nous pouvions contempler le travail de dame nature. La neige collée aux branches d’arbres rendait le paysage vraiment sublime.

Question de se faire les jambes, nous avons commencé par « L’attrait ». Ensuite, ce fut au tour du « Sous-bois II » et de « L’écureuil ». Trois pistes vraiment magnifiques. La surface des pistes était constituée de poudreuse sur fond ferme. Les sous-bois étaient fantastiques ! Il y avait toujours un endroit pour y laisser une « première trace »!

Au grand plaisir des amateurs de sous-bois et hors-piste, la tempête prévue plus tôt cette semaine n’avait pas épargné le Mont-Comi. De la neige, il y en avait ! Même des représentants de compagnies de ski et de bottes utilisait ce « timing parfait » pour faire essayer aux skieurs et skieuses leurs différents produits.

Après le dîner, nous sommes allés du côté du « Poma ». Il s’agit en fait de mon secteur coup de coeur puisque les pentes ont en commun le qualificatif « double losange noir». Il n’y avait que quelques mordus qui sillonnaient ce versant et l’attente au poma était pratiquement nulle. Nous avons commencé par « La Chicane », une pente à bosses abrupte par endroit avec de la poudreuse entre les arbres. Ensuite, ce fut le tour de « La Coulée » et de « L’entrain » avant de terminer ce versant par le fameux « Mur ». Encore une fois, la qualité des pistes était tout simplement hallucinante !

Ce que j’adore du Mont-Comi, est que la plupart des pentes sont laissées à l’état naturel. Ce qui nous donne l’impression d’être seul et libre en nature. Partout où nous posons les yeux, le décor est paisible.

Au final, je suis très heureux d’avoir renoué avec la station de mon enfance. J’ai adoré ma journée et soyez sans crainte, je n’attendrai pas un autre 20 ans pour y retourner !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Danny Gosselin
Ex-skieur de compétition toujours en quête d’adrénaline, Danny a probablement commencé à skier avant de parler. Fasciné par l’altitude et les grosses montagnes, ce chasseur de poudreuse ne rate jamais l’occasion de skier les derniers flocons. Caméraman de profession, les images qu'il rapporte de ses sorties témoignent de sa passion pour le ski!