VOS SPORTS:
Publication partenaire

Camping Sainte-Agathe-des-Monts, 2 mars 2019

Le camping de Sainte-Agathe-des-Monts n’a plus besoin de présentation pour les campeurs de la belle province. Situé aux abords du magnifique lac des Sables dans les Laurentides, c’est un endroit de prédilection pour venir s’y baigner, faire de la voile ou y jouer des parties de volleyball de plage. Pendant que la plupart des autres campings sont en hibernation, ici on a trouvé une belle façon de mettre à profit les infrastructures 12 mois par année. Durant la saison froide, on peut y pratiquer la raquette ou le ski de fond dans le même décor luxuriant qu’en été.

L’accueil se fait au centre de plein air situé sur le chemin du Lac des Sables. Le centre a un cachet d’antan et est accueillant avec son foyer de bois. On peut y louer un équipement complet, y casser la croûte ou y farter le ski bien au chaud. Ceux qui le désirent peuvent même profiter de l’accès au WIFI gratuit ou débourser 1 dollar pour y allumer un lampion afin de demander une faveur (un écriteau suggère de demander du ski jusqu’au 1er juin).

Côté pistes, il y a plusieurs variantes possibles, mais en gros, une grande boucle sillonne la forêt d’est en ouest en passant par le Mont Sainte-Agathe, le petit Lac des Sables (le frère de l’autre), le Lac Davis, le Lac Prud’homme et le Lac Jacquot. La quantité de neige au sol à Sainte-Agathe est presque irréelle. Lundi dernier, Météo Laurentides nous apprennait qu’on venait de battre le record de 2008 pour la quantité de neige au sol avec 150 cm et il reste encore tout le mois de mars pour venir bonifier la marque. C’est difficile pour les gens de la ville comme moi de concevoir qu’il peut avoir autant de neige au sol en ce moment dans le nord, mais oui oui je vous confirme que c’est bien vrai.

La condition des sentiers est très bonne et l’entretien est fait de façon soignée. Contrairement à certains centres, on voit ici que l’opérateur de machinerie est un skieur. Le traceur est relevé lors des montées ou descentes trop inclinées et est laissé descendu lors de dénivelé moins important. Inspiré par le visionnement des diverses courses de ski de fond qui ont lieu ces jours-ci sur le circuit de la coupe du monde, je suis parti à toute allure dans l’espoir de rivaliser avec les temps d’Alex Harvey (j’ai échoué lamentablement). Le seul bémol que je pourrais apporter aux conditions est la tendreté de la surface. Alors que monsieur, madame tout le monde n’y verrons pas d’inconvénient, les plus compétitifs du lot passeront au travers du corduroy avec leurs pôles à quelques reprises  lors du parcours. C’est peut-être normal avec une base aussi impressionnante.

La boucle est assez exigeante avec plusieurs montées et descentes successives. Nous sommes très loin des champs de patates municipaux de la rive-sud de Montréal. Un très beau refuge est aménagé à la mi-parcours pour y prendre une petite pause bien méritée . Une boucle additionnelle est également disponible de l’autre côté du Chemin du Lac des Sables et permet de rejoindre la piste « La Canadienne » qui se dirige vers Saint-Adolphe d’Howard.

Avant de quitter les lieux, vous pourrez profiter encore quelques instants du magnifique paysage en relaxant aux abords du foyer extérieur, tout en sirotant un bon café ou en mangeant un soupe chaude.

Pour les amateurs de ski de patin, l’endroit semble offrir une piste de 3 km pour enchaîner quelques kilomètres.

Maintenant, il reste à voir si mon investissement de 1$ donnera le résultat escompté, du ski jusqu’au 1er juin 2019!

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Marc-Antoine Brissette
Fils illégitime du défunt Prof Bof, Marc-Antoine est passionné par deux choses: la neige et la science. Tantôt, en classique, tantôt en skating et tantôt en hors-piste, Marc-Antoine s’oppose fermement à la binarité de la discipline et refuse d’être associé à un camp défini. Follement amoureux de la neige, sa non-binarité lui permet bon an mal an de profiter de sa passion de la glisse d’octobre à juillet.