VOS SPORTS:
Publication partenaire

Cap sur le Cap de la Fée! 15 décembre 2018

En début de saison, quand mes jambes n’ont pas grand-chose dans le corps, j’essaie de faire des sorties à la fois courtes et riches en relief.

C’est exactement à quoi j’ai eu droit aujourd’hui en grimpant au sommet du Cap de la Fée, dans l’arrière-pays de Saint-Donat.

Avant d’aller plus loin, je rends tout de suite hommage au travail que fait le club de plein air Saint-Donat pour mettre en valeur ses sentiers.

C’est vraiment agréable de faire du ski sur ce réseau en pleine effervescence. La signalisation est nouvelle et très claire. Les points d’accès sont nombreux et bien indiqués sur la carte hivernale de du club. Et jusqu’à présent, toutes les randonnées que j’ai faites à Saint-Donat m’ont ravi.

Aujourd’hui, je suis parti au parti à la conquête du Cap de la Fée à partir du point d’accès qui se trouve juste au pied, sur le chemin Régimbald.

Mon plan était de faire un trajet en boucle en passant par le refuge Grand-Duc puis par le point de vue au sommet du Cap de la Fée. Toutefois, quand j’ai voulu prendre le sentier des Viornes pour filer vers le Refuge, je l’ai trouvé complètement bouché par des branches ployant sous le poids du verglas qu’on a eu la semaine dernière.

Heureusement, j’avais une alternative : aller directement au Cap de la Fée par un sentier qui porte son nom et qui nous fait monter dans la montagne pour environ deux kilomètres. Magnifique aujourd’hui sous un deux centimètres de neige fraîche et un soleil radieux.

Large et bien dégagé pendant la montée, ce sentier devient plus étroit et sinueux quand on se rapproche du sommet.

Ensuite, une courte bretelle en lacets mène au point du vue du cap de la Fée, où on est à 635 mètres d’altitude et d’où on aperçoit la station de ski Mont Garceau et le village de Saint-Donat de l’autre côté du lac Archambault.

C’est là où j’ai mangé mon lunch par une journée où on était confortable sur ce promontoire où ça doit souvent être venteux et glacial.

Comme je voulais descendre les 200 mètres de montée que j’avais dans les jambes, j’ai rebroussé chemin par la suite.

La descente de la montagne par le sentier est agréable mais pas spécialement excitante ; cela dit, j’ai quand même étiré ma randonnée en remontant les sections les plus pentues pour les descendre deux fois !

Voilà un coin où je vais sûrement revenir avec ma petite famille. Il y a assez de sentiers pour que ce soit intéressant, la forêt est très jolie on peut faire une boucle d’environ kilomètres en passant le refuge Grand-Duc et le sommet du Cap. Juste assez long pour mon fiston!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste à scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.