VOS SPORTS:
Publication partenaire

Centre de ski de fond de l’Estérel (Hors-limite), 26 janvier 2019

On dit souvent que dans les petits pots se trouvent les meilleurs onguents. Si la logique s’applique aux différentes villes du Québec, on pourrait dire que dans les petites villes se trouvent les meilleurs centres de ski de fond. Vous connaissez peut-être l’Estérel en raison de son complexe hôtelier haut de gamme du même nom, mais cette ville regorge également d’un côté enchanteur inégalé. En effet, avec une population à peine au dessus de 200 habitants, la densité de population est plutôt faible dans cette ville située au cœur des Laurentides. Bien connu par les touristes estivales qui y pratiquent le golf et les sports nautiques, l’Estérel, c’est aussi une destination de choix pour les loisirs d’hiver. Un centre de ski de fond, ski de fond Hors-limite, offre un réseau de sentiers intéressant pour y pratiquer le ski de fond ou la raquette.

J’ai arrêté mon choix de la semaine sur cette destination en raison de son offre variée; le réseau de ski qui s’étend sur environ 35 km offre la possibilité de s’élancer autant en classique qu’en pas de patin dans tous les sentiers. Les endroits pour pratiquer les pas de patin sont plutôt rares et lorsque disponibles, les sentiers de pas de patin sont habituellement des petites boucles que l’on doit répéter plusieurs fois afin d’atteindre une distance parcourue acceptable.

Pour les gens de Montréal, vous mettrez environ 1 heure pour rejoindre l’avenue d’Anvers à l’Estérel. Le site est quand même assez facile à trouver si vous avez pris le soin de prendre quelques directions avant de partir. Un grand stationnement avec un chalet bien aménagé vous attendent pour débuter la journée. Le chalet contient une petite boutique pour acheter le fart du jour, faire la location d’une paire de ski ou pour casser la croûte au milieu de la journée de ski. Une salle de fartage chauffée est également mise à la disposition des fondeurs avec tables (2x) et étaux.

Comme la majorité des régions, les Laurentides n’ont pas été épargnés par l’épisode de verglas de la semaine dernière. Bien que la dernière tempête ait laissée une quantité appréciable de neige, une petite quantité de pluie s’est abattue sur le sol en fin de tempête. Afin de laisser l’humidité s’échapper au maximum de la neige, les pistes ont été tracées uniquement le samedi matin. Au moment de m’élancer, la dame à l’accueil m’annonce que les sentiers ont perdu considérablement de largeur suite à la tempête et que la pratique du pas de patin sera difficile pour la journée. Fidèle à mon entêtement légendaire, j’attaque tout de même les pistes ski de patins aux pieds conscient qu’il est difficile de faire des miracles dans ce genre de conditions. En dehors de l’artère principale, la surface est molle, car elle vient d’être travaillée et inégale par endroits. Soyez sans crainte, ces inégalités sont probablement déjà choses du passé avec les +15 cm que la région a reçu ce matin (on annonce également une autre tempête mardi). Le relief est omniprésent dans la majorité des pistes et bien que la glisse ne soit pas des plus rapides à cause de la température qui oscillait aux alentours de -15C samedi, les descentes sont rocambolesques et les skieurs moins aguerris méritent de redoubler de prudence lorsqu’ils attaquent celle-ci. Je n’ose même pas imaginer les vitesses qu’on peut y atteindre lors des journées ultra-rapides de printemps. 

Bien que la configuration des pistes fait en sorte que nous sommes jamais très loin du chalet d’accueil, 3 refuges chauffés sont répartis sur l’ensemble du territoire. Tous équipés d’un poêle à bois (que le personnel d’entretien réalimente au courant de la journée)  ces refuges permettent de prendre une petite pause tout en se laissant enchanter par les paysages variés.

Bien que coté conditions ma journée n’a pas été des plus optimales, je vais devoir remettre à l’agenda une visite à l’Estérel. C’est un centre bien aménagé qui a beaucoup à offrir.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Marc-Antoine Brissette
Fils illégitime du défunt Prof Bof, Marc-Antoine est passionné par deux choses: la neige et la science. Tantôt, en classique, tantôt en skating et tantôt en hors-piste, Marc-Antoine s’oppose fermement à la binarité de la discipline et refuse d’être associé à un camp défini. Follement amoureux de la neige, sa non-binarité lui permet bon an mal an de profiter de sa passion de la glisse d’octobre à juillet.