VOS SPORTS:
Publication partenaire

Centre plein air Brossard, 9 février 2019

Les yo-yo climatiques des derniers jours nous en ont fait voir de toutes les couleurs sur les routes, les trottoirs, mais surtout sur les pistes de skis. Toutes, et quand je dis toutes, ce sont toutes, les régions offrant du ski de fond ont goûté à au moins un épisode de pluie dans les derniers 10 jours. Comble de malheur, ces épisodes de pluie ont vite laissé leurs places à des épisodes de froid, figeant ainsi la base des pistes de façon plutôt drastique. Avec les changements climatiques, ces vagues de redoux semble vouloir devenir monnaie courante. Ce matin à mon réveil, le portrait n’était guère reluisant pour le ski de fond aux alentours de Montréal. La quasi-totalité des sites étaient fermés en attente d’une nouvelle bordée afin de réouvrir leurs portes. Heureusement, certains rares centres de ski sont dotés d’une machine à miracle : la surfaceuse. Cette machine, habituellement des Bombardier de types BR, permettre de concasser la glace et de redonner un peu de lustre aux pistes un peu défraîchis par la pluie.

Les employés de la ville de Brossard ont travaillé tôt ce matin tous les sentiers du centre de plein air Brossard. Situé au 6195 chemin des Prairies, ce centre de plein air est drôlement situé. À l’orée du quartier 10-30, au pied d’une ligne haute-tension d’Hydro-Québec et voisin de l’autoroute 10, l’emplacement est plus ou moins approprié pour les gens qui recherchent un endroit paisible pour y faire des balades dans un décor luxuriant. Ceci étant dit, si on fait abstraction du décor et qu’on recherche un endroit pour y enfiler quelques kilomètres dans des sentiers bien entretenus, cet endroit est tout indiqué. 

Le centre de plein air offre quelques kilomètres de sentiers travaillés mécaniquement avec une surfaceuse. Aujourd’hui, la surface était très ferme et se rapprochait plus du pop-corn que de la neige. L’écart de température trop brusque n’a pas permis de rétablir des conditions optimales lors du passage de la surfaceuse. La base ferme était très rapide et propice pour un entraînement cardiovasculaire. Bien que les sentiers soient relativement plats et que les sillons étaient bien droit sur l’ensemble du parcours, les skieurs débutants n’ont probablement pas trouvé leur compte aujourd’hui. Les forts vents de la nuit dernière ont parsemé les pistes de branches d’arbres, de quenouilles et de feuilles. L’amoncellement des débris était tel qu’il venait freiner brusquement le rythme dans plusieurs portions des sentiers.

Évidemment, je pourrais difficilement me plaindre, l’accès à ce site est totalement gratuit, il est situé à 10 minutes de mon domicile et la majorité des autres sites de la région n’étaient pas ouverts ce matin. Les conditions devraient grandement s’améliorer dans les prochains jours lors des passages subséquents de la machinerie. Cet endroit est idéal pour les familles ayant de jeunes enfants. Des roulottes de chantiers servent de pavillon d’accueil et vous permettre de chausser vos bottes ou de venir prendre une pause confortablement au chaud. De plus, le site offre également un anneau de patin à glace ainsi qu’une butte à glisser pour prolonger le plaisir lorsque les enfants seront blasés du ski.

Carte du site (la piste 5 ne semble plus exister, du moins elle n’est plus tracé mécaniquement).

 

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/zone.ski/public/wp-content/themes/uniqmag-premium-theme/includes/single/post-tags.php on line 10

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Marc-Antoine Brissette
Fils illégitime du défunt Prof Bof, Marc-Antoine est passionné par deux choses: la neige et la science. Tantôt, en classique, tantôt en skating et tantôt en hors-piste, Marc-Antoine s’oppose fermement à la binarité de la discipline et refuse d’être associé à un camp défini. Follement amoureux de la neige, sa non-binarité lui permet bon an mal an de profiter de sa passion de la glisse d’octobre à juillet.