Publication partenaire

Corridor aérobique, Morin-Heights 17 novembre 2018

En ce début de week-end ensoleillé, l’embarras du choix est au rendez-vous pour les fondeurs avec plus de 10 destinations possible. Nous optons donc pour le corridor aérobique de Morin-Height qui nous avait toujours intrigué et qui permet d’exercer une panoplie d’activité durant les quatres saisons de l’année.

Après tout, il n’est un secret pour personne que Morin-Height est la capitale du ski de fond! La pratique le ski de fond prône depuis plus de 90 ans dans ce petit oasis blanchement vêtu. La municipalité possède en ce sens un réseau de sentiers de plus de 160 km. Durant la saison hivernale, 60 km sont tracés mécaniquement et les amateurs de sensationnalisme peuvent aborder les 65 km offerts par les sentiers de hors-pistes.

Ce multi-réseau permet de se promener au sein du corridor aérobique, du club de ski viking ou encore la boucle des fondeurs.

Cette année, un paradoxe très intéressant subsiste puisque l’ouverture du corridor aérobique sur fond naturel s’est fait en meme temps que la boucle des fondeurs qui est majortairement composée de neige artificiel en début de saison. Cette fameuse boucle constitue un lieu d’entrainnement habituellement réservé à l’élite de la mi-novembre au mois de décembre avant que dame nature déploie son joli manteau blanc.

Cette ouverture, possiblement la plus hâtive selon le personnel interrogé, nous a donc permi de débuter cette belle saison hivernale en ski de fond et de maquiller nos petites joues de la douce brise des quelques degrés dépassant le zéro.

Le départ du corridor aérobique se fait donc en provenance du chalet Bellevue. Chalet très bien équipé avec une salle de fartage 2.0 équipée de fer, de supports et même de hottes d’aspiration pour l’application des cires au fluor. La boutique sur place permet même d’acheter des tubes de cire ou autres besoins essentiels aux fondeurs.

Seul petit bémol, il faut marcher une centaine de mètres pour se rendre à la piste du corridor.

L’entretien de la piste est presque parfait. La surface est bien travaillée et lisse. Le terrain est encore un peu mou (nous sommes encore à la mi-novembre) particulièrement pour le pas de patin. La piste devrait prendre du galon cette semaine au fur et à mesure de resurfacage.

Puisque le sentier arpente une piste cyclable en milieu semi-urbain, les premiers kilomètres de la piste traversent quelques routes. Les multiples chausses-déchausses du début viennent un peu perturber la symbiose avec la nature que procure les kilomètres suivants.

Par contre contrairement à d’autres pistes cyclables, le corridor possède quelques cotes et un dénivelé juste à point, permettant de rendre cette promenade inoubliable.

C’est environ une centaine de fondeurs qui ont dévalé les pentes en ce samedi si parfait. Tout skieur peut y trouver son compte dans cet environnement si enchanteurs. Les sourires croisés tout au long du parcours ont permi de constater le petit moment de bonheur procuré par cette sortie si hâtive cette année!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Claudia Girard-Morin
Contrairement à la majorité des fondeurs, Claudia fait le saut vers le ski de fond plutôt tardivement dans sa trentaine. Après une tentative plus ou moins fructueuse de se mettre au ski alpin, le ski de fond s’avère une révélation pour elle! Adepte de course à pied, le ski de fond (pas classique, pour l'instant!) est le complément idéal pour elle afin de garder la forme tout en pouvant pouvoir profiter de la beauté luxuriante de la nature durant la saison hivernale. Commencez votre entraînement sur-le-champ si vous espérez la suivre!