VOS SPORTS:
Publication partenaire

Craftsbury Outdoor Center, 25 décembre 2019

Le choix de destinations pour le ski de fond en périphérie de Montréal s’est vu drastiquement réduit dans les derniers jours. Plusieurs centres ont lancé la serviette et un maigre choix s’offre aux fondeurs désireux de faire passer les calories excédentaires ingurgités durant les repas copieux des fêtes.

En effectuant des recherches sur les Internets, j’ai regardé les alternatives qui s’offraient à moi du côté américain. Bien que les conditions météorologiques aient été sensiblement les mêmes de ce côté de la frontière, une poignée d’endroits fabrique de la neige artificielle pour assurer une certaine couverture lors des caprices de dame nature.

La meilleure option en ce jour de Noël à moins de deux heures de Montréal était sans doute Craftsbury Outdoor Center dans l’état du Vermont. Une combinaison de pistes enneigées artificiellement et naturellement totalisaient pas moins de 30 kilomètres travaillés mécaniquement.

Initiatives en matière d’environnement

Le Craftsbury Outdoor Center se trouve sur la « Lost Nation Road »,  et la route ne pourrait pas mieux porter son nom, car le centre est en plein milieu de nulle part. C’est parfait ainsi; car on dirait que l’éco-scepticisme de Donald n’a pas fait son chemin jusqu’ici. Dès l’ouverture de ma portière dans le stationnement on perçoit plutôt l’arôme de Bernie dans l’air ambiant. Un buffet all-you-can-eat de prises électriques (NEMA 14-50, NAME 14-30,  NEMA 6-50, NEMA 6-30, NEMA 5-15) pour brancher votre véhicule électrique vous attend en plus d’une borne de recharge niveau 2 et ce totalement gratis!

Quelques pas plus loin, les efforts déployés par Craftsbury pour réduire sont impact sur l’environnement continuent de se faire sentir. Un des trois parcs de panneaux photovoltaïques se font dorer la couennes lascivement pendant que les skieurs suent à grosses gouttes sur les différentes pistes avoisinantes. Annuellement, ces panneaux solaires produisent environ 60% de la consommation électrique du site (120 000 KWh).

Je pourrais écrire un article uniquement sur les initiatives environnementales de Craftsbury tellement il y en a. Si le développement durable vous intéresse, je vous recommande de lire cette section de leur site web: https://www.craftsbury.com/sustainability

On y explique les autres initiatives telles que le chauffage central, le compostage des résidus de cuisine, la récupération de chaleur provenant de la fabrication de neige artificielle, le chauffage passif solaire, etc…

Avant de passer au ski proprement dit, il est important de mentionner la politique fluor mise de l’avant par Craftsbury. Le fluor, cette substance ajoutée aux cires haute performance est une véritable polémique en ce moment dans le monde du ski de fond. Si vous avez manqué cet épisode vous pouvez lire cet article (en anglais) pour vous mettre à jour: https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-08-28/cross-country-skiiers-are-addicted-to-banned-fluoro-wax

Le meilleur cadeau de Noël pour un fondeur

Alors que pas mal tout est sur le gazon d’est en ouest de Montréal, ici à Craftsbury tout est blanc. Bien que l’accumulation naturelle de neige soit très marginale (on parle d’environ 10-15 centimètres au sol), la majorité des pistes sont recouvertes d’une base d’au mois 30 centimètres (merci à l’enneigement artificiel).

Lorsque la neige est présente en période hivernale, on skie pas moins de 105 kilomètres de sentiers méticuleusement entretenus. Lors de mon passage, environ 30 kilomètres étaient ouverts. Une dizaine de kilomètres enneigés artificiellement offraient une couverture complète avec une neige de qualité exceptionnelle. Avec la hausse du mercure dans les derniers jours je m’aurais attendu à rien de moins que des conditions glacées et rapides. C’est plutôt une neige hivernale avec une belle texture qui attendait les fondeurs.

Le choix de pistes est très varié, une multitude de boucles sont disponibles pour tous les calibres. Le centre est très valonneux et il faudra vous attendre à monter et descendre plusieurs pentes au cours de votre parcours. Au total c’est pas moins de 500 mètres de dénivelé positif qui m’attendait pour une distance de parcours de 21 km. L’effort en vaudra tout de même la chandelle; le décor est enchanteur, les pistes très larges permettent facilement les dépassements ou d’éviter les skieurs à contre-sens.

Une centaine de skieurs de tous les âges s’étaient donnés rendez-vous pour célébrer Noël sur les pistes. Le traçage en classique est impeccable et permet aux plus jeunes d’apprivoiser le centre en douceur.  Avec un coût du billet journalier à 10$, le tarif n’est pas un frein à la pratique du sport de ce côté de la frontière (peut-être que certains centres de ski gérer par le gouvernement du Québec dont la lettre commence par S devrait s’inspirer ce modèle…)

Pour ceux qui seraient tentés par le ski à Craftsbury mais qui sont refroidis par le trajet aller-retour dans le même journée, sachez qu’il y a des possibilités d’hébergement sur le site directement en flanc des pistes de ski de fond. Les cabines rustiques sont équipées de chambres, cuisine et salon pour séjourner confortablement. 

Inutile de vous dire à quel point j’ai adoré ma journée! Merci Craftsbury.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-Paul Croteau
Si il y avait un temple de la renommée du ski de fond, Jean-Paul Croteau y aurait été intronisé depuis belle lurette. Inspiré par ses idoles de jeunesses Dickie Hall et Steve Barnett, le ski de fond n’a plus de secret pour Jean-Paul. De nature plutôt solitaire et de sociabilité ultra sélective, peu de gens peuvent se vanter d’avoir skié avec lui.