Publication partenaire

Dans les coulisses du mont Tremblant, 23 mars 2018

Comme une salle de spectacle, le massif du mont Tremblant possède ses coulisses : un réseau de sentiers accessibles aux skieurs comme aux raquetteurs qui s’étend de sa base au sommet, tant du côté du village de Tremblant que du versant nord de la station de ski alpin.

Ceux du côté du village ont pris du galon au cours des dernières années puisqu’ils servent maintenant de sentiers d’ascension pour les adeptes de randonnée alpine.

Ceux du versant nord, par contre, restent dans l’ombre. À tel point que j’ai dû chercher longtemps avant de trouver une carte où ils sont représentés !

C’est néanmoins de côté que j’ai fait ma randonnée d’aujourd’hui : un allez-retour de sept kilomètres sur le sentier Ruisseau des pruches.

On trouve l’entrée de cette piste sur la route menant à la base nord de la station Tremblant, à peu près une centaine de mètres avant d’entrer dans le stationnement.

J’ai pris le départ vers 11h et je ne l’ai pas regretté. À ce moment, le soleil et la chaleur n’avaient pas encore ramolli le tracé qui était juste assez glacé pour être rapide sans être désagréable.

Le sentier Ruisseau des pruches grimpe en pente douce en longeant la montagne et en filant vers le nord. Je pensais y trouver surtout des traces de raquettes désordonnées ; mais j’ai plutôt skié dans un beau couloir tapé par des skieurs et vraiment agréable.

J’ai remonté la Ruisseau des Pruches pendant 3,5 kilomètres, jusqu’à son intersection avec la Bouchard. C’est à ce croisement que j’ai mangé mon lunch, bien assis sur un arbre courbée.

Je m’attendais à faire un peu vitesse en reprenant la Ruisseau des pruches pour rentrer, notamment à cause de cette vidéo des Randonneurs Masqués qui se termine par une très longue descente facile.

Ma descente a toutefois été beaucoup plus tranquille. Passé midi, le soleil avait ramolli la neige et la glisse faisait défaut. Mais bon, j’ai quand même pu faire quelques virages le fun dans cette section plus pentue.

J’ai déjà hâte de retourner faire un tour dans ce coin-là. Dans de bonnes conditions, j’aimerais bien essayer de descendre la O’Connell à partir de la Bouchard ; sur la carte, cette piste semble offrir une pente plus accentuée.

Autre objectif futur : le pic Johannsen, que je me suis contenté d’admirer de  loin aujourd’hui. C’est le sommet le plus élevé du massif du mont Tremblant et j’ai bien l’intention de le visiter un de ces jours !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste à scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.