VOS SPORTS:
Publication partenaire

De la nécessité d’un effort collectif

29 octobre 2012 | Éditorial, par Geneviève Larivière
Photo Christophe Deschamps

Quand je porte un regard critique sur l’industrie du ski du Québec, je suis toujours prise entre deux sentiments presque opposés: d’une part, je vois des milliers de passionnés, oeuvrant sans compter pour leur sport favori; et d’autre part, j’entends ces mêmes gens exprimer leur désarroi face à la perte de popularité du ski dans l’opinion générale.

Il est vrai que depuis quelques années déjà, on peut observer un recul de la présence du ski dans les médias dits «de masse». Cette situation est explicable par plusieurs facteurs: météo moins clémente, intérêt grandissant pour les destinations exotiques, augmentation de l’offre touristique hivernale et j’en passe. Cela dit, après l’énumération des causes extérieures, il reste une solution bien simple, qui doit venir de l’intérieur: l’effort collectif.

Nul besoin de s’étaler dans le fabuleux «Aide-toi et le ciel t’aidera»… aucune cause n’a réellement progressé avec les lamentations, même nos mamans nous le disent: arrête de te regarder le nombril, et regarde devant toi! Il est donc de notre devoir à tous de rouler nos manches et d’utiliser notre motivation et notre énergie pour le bien collectif de notre sport.

L’an dernier, l’ASSQ (Association des Stations de Ski du Québec) mettait sur pied une campagne de promotion visant à ramener près d’un million de nouveaux skieurs sur les pentes. Avec un tout nouveau site, monski.ca, et l’aide d’un porte-parole bien connu de tous, Jasey-Jay Anderson, l’idée fait son chemin: aller chercher des gens qui n’ont jamais skié de leur vie, aller reconquérir les skieurs qui ont accroché leurs bottes, et ultimement, faire gonfler la population de skieurs de la province. Tout un défi!

Ça peut paraitre d’une simplicité enfantine pour nous, skieurs. Mais mettons-nous dans la peau d’un non-skieur: l’hiver, c’est froid, le ski, c’est cher, les sorties, c’est beaucoup de préparation… nous même, souvent, on reste dans le confort de notre salon, se privant d’une belle journée dehors. Du nerf!

Je vous parie que vous tous, qui me lisez, tous autant que vous êtes, connaissez au moins UNE personne qui a DÉJÀ skié, ou qui aurait ENVIE d’essayer. Une personne qui n’a pas fait le saut, par crainte, par manque d’informations, par manque d’encouragements… Votre mandat: emmenez cette personne avec vous lors d’une de vos sorties. Utilisez l’outil de monski.ca pour l’aider! Soyez près d’elle, encadrez-la. Donnez-lui des conseils qui lui montreront que le ski, c’est à la portée de tous!

Quand on y pense, le ski est un sport beaucoup plus accessible que bien d’autres activités où il faut réserver un terrain, se fier à des plages horaires restrictives, s’engager à des abonnements et à des visites rapprochées, se cantonner à une discipline propre, et pire: rester dans un contexte sexué. Bien peu de sports offrent un milieu aussi démocratique! Hommes, femmes, jeunes, enfants, retraités… aucune ségrégation, aucune différenciation.

Qu’est-ce qu’il nous manque? On a l’engouement, on a la passion, on a l’envie… Maintenant, il faut passer à l’action, et faire parler de nous! Au risque de sonner comme dans les pubs télé des années 1980… Parrainez un non-skieur, et faites-lui découvrir le plaisir du ski et de l’hiver au Québec!

Ensuite, venez donc me raconter votre expérience, qui sait… peut-être que vous inspirerez quelqu’un d’autre, à votre tour!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Geneviève Larivière
Diplômée en communications et en géographie (Université Laval), Geneviève est avant tout photographe. Sa facilité pour la rédaction de textes l'a menée directement au photojournalisme. Sur les pistes de ski, elle conjugue ses passions pour la photo et les sports de glisse, toujours en quête du cliché du jour.