VOS SPORTS:
Publication partenaire

Des locomotives à poudreuse: la trouvaille de Geneviève!

4 avril 2017 | Revue, par Geneviève Larivière
Photo Christophe Deschamps

Lors d’une journée d’essais privés organisée par ZoneSki.com le 18 mars 2017 à Expérience Mont Alta, quelques chroniqueurs de ZoneSki ont eu l’occasion d’enfiler des virages au volant de skis et fixations de randonnée pour la saison 2017-2018. Leur mandat était simple: essayer des skis qu’ils auront choisi selon leurs besoins pour du hors-piste, et définir un palmarès personnel qui correspond à leur expérience lors des essais! Le compte-rendu suivant couvre l’essai de Geneviève Larivière. Pour accéder à tous les comptes-rendus, visitez la page des Bancs d’essai ZoneSki!

Fiche du skieur-testeur: Geneviève Larivière, 36 ans

Skie depuis 24 ans, en hors-piste depuis 4 ans
Kit hors-piste de la saison 2015-2016
Salomon MTN 88 169cm avec fixations Diamir Vipec 12
Profil de skieur
En montée: calme et constante
En descente: curieuse et active
Citation fétiche
« Y’a rien là! »
Piste préférée au Québec
La Merveille, Massif du Sud
Secteur hors-piste préféré au Québec
Mont Alta/Auberge de Montagne des Chic-Chocs
Taille / Poids: 1,65m (5’4) / 86kg (170/lbs)

Ce que je cherche en ski: matériel et préférences

Pour moi, un bon ski de hors-piste, c’est un ski assez léger pour ne pas me fatiguer en montée, mais qui me procurera du plaisir en descente: une bonne réaction, un bon contrôle et pas de mauvaises surprises dans les moments où j’ai besoin de réagir vite. Je fais de plus en plus de ski hors des stations de ski avec remontée mécanique car j’apprécie davantage le fait de grimper à mon rythme, sans avoir à attendre assise au froid dans un télésiège. Je me considère encore comme une « touriste » du ski hors-piste: j’aime l’idée de randonner en ski pour grimper et accéder à un territoire pas ou peu exploré. Ce n’est pas une priorité pour moi, mais la satisfaction d’avoir gagné mes descentes fait partie du plaisir, en plus du bonheur d’être loin des foules.

Mes besoins en ski sont en ce moment comblés avec un ski joueur et énergique, léger et parfaitement conçu pour le type de terrain que j’affectionne, mais peu adapté aux conditions plus durcies ou lorsqu’il y a plus de 20cm de neige fraiche. Je suis donc curieuse de tester du matériel qui complèterait la gamme de skis que je possède déjà! Vu mon poids, je viserai un ski entre 90 et 100mm au patin, avec une longueur entre 165 et 170cm.

Ma journée d’essai: le déroulement

J’étais vraiment très contente de pouvoir tester autant de matériel dans une montagne parfaite pour l’occasion! Grimper à Alta, par la familiale, ne me prend que 20 minutes. Le temps de transition me permet de réfléchir à ma descente, et les boucles s’enchainent facilement. Pour tous mes tests, j’ai choisi de descendre par la Slalom haut, pour tester les skis en terrain abrupt et irrégulier, puis par la Nouvelle Piste, un de mes sous-bois préférés de l’endroit. Les conditions passaient de « glacé/venté » à « poches de poudreuse » pour finir dans un joli tapis bien égal où on pouvait se laisser glisser sans crainte d’accrocher. J’ai aussi fait une incartade du côté de la Allen/Lanfer car j’étais curieuse de vérifier si les conditions étaient similaires à travers la montagne -elles l’étaient!

Les skis au banc d’essai: je les ai testés!

DPS Nina A99
Longueur testée: 168cm
Niveau: Avancé
Rayon: 18m
Ligne de cote: 126-99-111
Poids (1 ski): 1 445 grammes selon le manufacturier
Fixation: Dynafit TLT Radical ST

 

Rossignol Seek7
Longueur testée: 176cm
Niveau: Intermédiaire ou supérieur
Rayon: 20m
Ligne de cote: 122-86-108
Poids (1 ski): 1 250 grammes selon le manufacturier
Fixation: Look HM 10

 

Fischer Transalp 80
Longueur testée: 163cm
Niveau: Intermédiaire ou supérieur
Rayon: 17 m
Ligne de cote: 118-80-104
Poids (1 ski): 950 grammes selon le manufacturier
Fixation: Dynafit TLT Radical ST

 

G3 Roamr 100 Elle
Longueur testée: 172cm
Niveau: Avancé
Rayon: 15.5 m
Ligne de cote: 135-100-120
Poids (1 ski): 1 700 grammes selon le manufacturier
Fixation: G3 Ion 12

En conclusion : mon palmarès personnel!

En troisième position : Fischer Transalp 80. C’est ironique de dire que j’ai essayé un ski pour ses accessoires (je reviens sur le Profoil plus bas), mais le ski est en lui-même plutôt agréable. Très léger, très maniable, aucune surprise ni en montée, ni en descente. Il est par contre loin des caractéristiques que je recherchais lors de mes essais mais je tenais à l’inclure dans mon palmarès car c’est un ski qui gagne à être connu des skieurs-randonneurs: si vous êtes du type « ski de randonnée en autonomie » et que vous vous retrouvez souvent dans des endroits abrupts ou des conditions variables, ce ski sera votre allié: vous êtes le boss sur les planches, et vous oublierez que c’est un ski « alpin »!

En deuxième position : Rossignol Seek7. Si je n’avais pas déjà eu un ski aux dimensions similaires, j’aurais probablement fait un achat double cette année! J’ai essayé le Seek7 parce que j’étais profondément curieuse de tester ce que je considère comme le tout premier ski purement dédié au hors-piste conçu par Rossignol. Léger, maniable, vivant, tout ce que je recherche d’un ski pour mes sorties de tous les jours! Même sa longueur à l’essai n’a pas été un handicap, alors que généralement, je skie plutôt autour de 170cm. Je suis conquise par ce ski et je suis convaincue qu’il s’ajoutera à l’arsenal de plusieurs skieurs fans de Rossignol, qui attendent depuis quelques années déjà un ski de cette sorte. C’est très prometteur pour une future gamme de skis de randonnée!

Mon coup de cœur : DPS Nina A99. De toutes les marques disponibles à l’essai, DPS était celle que je connaissais le moins: peu distribuée au Québec, très dispendieuse, et bien que la réputation des skis soit excellente, ce genre d’achat est difficilement justifiable sur un coup de tête! C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai chaussé ces spatules: j’avais peur de les détester… autant que j’avais peur de les adorer! En montée, le poids est raisonnable pour la taille du ski: sans dire que je ne le sentais pas sous mes pieds, il n’était pas du tout incommodant. À la descente… des locomotives! Ce sont des skis très raides qui réagissent bien même dans les conditions durcies. Leur largeur donne une bonne flottaison et leur rocker assure une maniabilité amplement suffisante pour changer de direction rapidement lorsqu’un obstacle se présente. Ils sont parfaits pour les sorties en terrain dégagé, venté, et dans les conditions de poudreuse à la consistance changeante. Mon choix pour les territoires gaspésiens et les journées de tempête!

J’ai aussi testé: des fixations G3, des bottes Fischer et les « peaux » Fischer Profoil.

Bien que je n’ai pas particulièrement apprécié le ski G3 que j’ai essayé, j’ai eu un coup de foudre pour la fixation G3 Ion 12, pour sa légèreté et la facilité à enclencher la botte dans la butée avant: un petit détail dans la fixation permet au pied de se caler et de se positionner sans tâtonner. Plutôt pratique quand on transitionne sur un terrain irrégulier ou qu’on est pressé… ou qu’on aime simplement pas avoir à s’y reprendre à quatre fois!

Comme mon collègue Patrick, j’ai testé les « peaux » Fischer Profoil. Bien que je comprenne parfaitement l’idée derrière la conception, je reste un peu sur mon appétit: la glisse est très bruyante en montée, l’accroche est insuffisante sur les plaques durcies et lors des montées transverses, et la manipulation générale des larges bandes plastique est plus ou moins agréable. Le plastique garantit par contre une meilleure glisse en descente: peut-être que ce type d’équipement est idéal pour les skieurs qui font plutôt de la randonnée sur des crêtes, qui descendent quelques dizaines de mètres et qui ne veulent pas retirer/remettre les peaux trop souvent.

La botte Fischer Travers Carbon a piqué ma curiosité, si bien que j’ai délaissé mes Atomic Backland pour une montée. Cette chaussure a la particularité de se fermer par un boa sur le dessus du pied; le haut de la coquille se referme avec une boucle métallique ET un système à velcro. L’avantage: une multitude de réglages possibles… et aucun point de pression! La botte est ultra confortable et très légère, je l’ai trouvée similaire à mes Atomic. Son seul point négatif est sa rigidité, légèrement insuffisante si on décide de descendre de façon agressive. Un skieur qui préfère glisser de manière désinvolte et qui n’a pas un gros gabarit appréciera cette botte pour tous ses avantages et ne souffrira pas des points faibles!

ZoneSki Hors-piste tient à remercier Expérience Mont Alta pour nous avoir permis d’utiliser la montagne lors de la journée d’essais!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Geneviève Larivière
Diplômée en communications et en géographie (Université Laval), Geneviève est avant tout photographe. Sa facilité pour la rédaction de textes l'a menée directement au photojournalisme. Sur les pistes de ski, elle conjugue ses passions pour la photo et les sports de glisse, toujours en quête du cliché du jour.