Publication partenaire

Deux pieds dans la slush à Montréal, deux pieds dans la neige à St-Sauveur. 28 novembre 2018

Virage à gauche, virage à droite. Quelqu’un me laisse la voie libre. J’accélère, j’évite une bosse. Slalom du matin, me voilà enfin sortie de Montréal laissant derrière moi un matin pluvieux et le cocktail météo qui nous a donné et enlevé l’hiver aussitôt. Bien que St-Sauveur se trouve à 45 minutes de chez moi, les Montréalais oublient qu’aussitôt la porte du Nord franchie, le paysage change et met son manteau blanc.

Début de journée : j’embarque dans l’Atomic direction la Red Bird. Pour ma première descente de l’année, j’y vais pour une verte. Bel enneigement de neige fraiche de style cassonade sur fond ferme. Je suis agréablement surprise de l’enneigement de la montagne. C’est bon! assez pour l’échauffement, je vais dans les noires. Je me dirige vers la piste du centre, plus achalandée et la neige forme déjà des bosses; bravo aux dameurs, aucune plaque de glace! J’ai en horreur les plaques de glace laissées par les dameuses lorsque la neige se fait plus discrète. Celles-ci font souvent déraper ma planche et ciao la visite.

Petit tour dans le Snow parc ou quelques jeunes s’amusent sur les modules. Ensuite, direction la chaise de la Flèche; belle descente, beau tapis, très peu de passage sur la piste. Ce côté de montagne reste un de mes favoris : souvent moins de monde avec de belles pistes larges. Cette remontée fut la plus longue à cause d’un petit problème technique. Nous montons plus lentement que les suisses qui s’amusent sur le côté de la piste. Par chance, mon compagnon de chaise est très sympathique, nous discutons de ski, de montagnes et de ses compétitions lorsqu’il était jeune dans les années 70.

Nous sommes redirigés vers le centre de la montagne l’Atomic restera la seule chaise ouverte pour le reste de ma journée. Cela n’empêche pas les skieurs d’avoir du bon ski. Aucun impact sur l’attente a la chaise. N’oublions pas, nous sommes un mercredi, au pays des retraités ou l’habitude de se dire bonjour et de jaser entre nous reste à la mode; ça passe le temps dans la minuscule file et surtout ça fait du bien.

Malgré la température douce digne d’un printemps ou les glissades d’eau encore visibles côtoient les pistes de ski, la terrasse est en attente de soleil et de skieurs qui feront la bronzette au bas des pistes.

Bon ski !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Chantal Valade
Chantal a habité au pied de plusieurs monts de ski pour pouvoir profiter de la moindre couche de neige fraîchement tombée. Son snowboard ne quitte pas son auto depuis! Elle se précipite dans la moindre tempête et adore partager son enthousiasme avec d'autres amoureux des sports de glisse.