Publication partenaire

Entre deux nuages à Orford – 11 février 2018

Après une journée d’intense poudreuse au mont Adstock hier, nous avons décidé de nous diriger au mont Orford pour ce dimanche afin de profiter au maximum de la belle neige qui était tombée. En arrivant à la station, il y avait foule dans le stationnement et nous avons vite conclu que nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée… Clairement, plusieurs d’entre nous avaient encore le verglas récent sur le coeur et ils annonçaient de la pluie en fin de journée, c’était maintenant ou… pas jamais, mais plus tard!

Nous avons décidé de nous réchauffer au mont Alfred-Desrochers, qui est souvent un oublié de la montagne. Immédiatement, nous avons été ravis de voir que la qualité de la neige était simplement superbe. Cette petite montagne n’était pas très achalandée. Nous sommes rapidement devenus enjoués, nous permettant quelques sauts et une descente dans les bosses, ce qui ne ressemble pas trop à un réchauffement, mais on ne pouvait résister.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le mont Orford. Nous avons commencé notre exploration avec la Contour. Des roches et de la glace nous attendaient, nous avons donc décidé d’aller rapidement dans la Passe de l’ours. Notre constat a immédiatement été que les sous-bois semblaient très bien garnis. Étant des chasseurs de poudreuse, nous avons donc décidé d’orienter notre exploration vers ces derniers. Prochaine étape, le Mont Giroux Est!

Ce versant était presque désert et les sous-bois étaient superbes. Bien que beaucoup d’entre eux étaient déjà tracés, il y avait une bonne couche de neige fraîche encore bien molle. De plus, avec un peu d’imagination, nous avons pu débusquer de la poudreuse qui n’avait pas encore été tracée. Le rythme s’est accéléré et nous avons passé un bon moment de la journée à découvrir ce versant.

En fin d’après-midi, la pluie et le verglas sont malheureusement apparus, mais nous étions néanmoins déterminés à poursuivre. Arrivés au sommet du mont Orford, nous avons constaté que la vision était presque nulle et nous avons donc décidé d’aller nous réfugier dans les bois. Il y avait encore un peu de poudreuse, mais la chaleur transformait rapidement la neige et elle devenait rapidement collante et même granuleuse. Le deuxième nuage était bien là, mais il n’apportait pas ce qu’on souhaitait. Mais entre ces deux nuages, on a passé un bon moment, Orford tu nous reverras bientôt.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Hugo Laprise
Dès qu’il a été en âge de marcher, Hugo s’est retrouvé à dévaler les pentes. Plus de 30 ans plus tard, il est toujours aussi passionné. Dès qu’il enfile ses bottes il redevient un gamin espiègle. Vrai chasseur de poudreuse, on le retrouve généralement dans le bois quelque part que ça soit en station ou hors-piste.