Publication partenaire

Festival iF3 Montréal 2018: le virage se poursuit

1 novembre 2018 | Chronique, par Gabriel Tétreault
Photo Mathieu Tranchida

Cette année, pour l’édition montréalaise du iF3, le président de l’organisation, Luc « Skypowder » St-Jacques, dresse un bilan positif: pour lui, c’est mission accomplie! Le festival de films de freeski, événement très attendu au Québec par tous les amateurs de freeski et freeride, a soufflé ses dix bougies l’an dernier et cette année, la formule revue et corrigée a permis d’attirer les fidèles dans deux lieux séparés, rassemblant projections de films, village de marques, partys et rencontres avec des skieurs et riders réputés. Retour sur l’événement!

Pour l’édition 2018, le Festival iF3 de Montréal s’est déroulé au Taz Skatepark durant le jour, dans une très grande salle avec une quinzaine de kiosques et 400 places assises pour assister aux projections cinématographiques. En soirée, ça se continuait au Bain Mathieu, qui a d’ailleurs connu un grand succès avec une plus petite salle, mais un excellent service et une bonne programmation. Les habitués de l’endroit n’ont guère sourcillé en y entrant mais pour beaucoup de visiteurs, découvrir l’événement installé dans une grande piscine creusée ornée de deux bars et remplie d’une foule festive donnait envie d’y rester ou d’y revenir! Pendant les trois soirées, la salle a attiré 1 800 personnes, autant dans les projections que dans les partys.

Fier du pouvoir d’attraction et du poids médiatique accordé à l’événement, Luc St-Jacques sait déjà que l’édition montréalaise de l’an prochain aura à nouveau lieu au Bain Mathieu, et que le virage plus familial déjà entamé en 2017 se poursuivra. Les projections gratuites et les horaires plus adaptés aux réalités des familles se sont avérées fort appréciées des visiteurs correspondant à la nouvelle cible visée par l’organisation, qui tient à élargir les horizons et attirer plusieurs tranches d’âge en un même lieu.

L’ADN du Festival

Seul festival célébrant le cinéma freeski sous tous ses angles, créé au Québec, l’iF3 déclasse tous les autres évènements d’hiver grâce aux films projetés et à son concept rassembleur: images à couper le souffle, tournées en station comme dans l’arrière pays, en ski comme en planche à neige, où athlètes pro et amateurs se retrouvent dans un même lieu, en compagnie des producteurs, des éditeurs, photographes, caméramans. Depuis plusieurs années, l’iF3 a fait des petits dans d’autres pays et sa renommée d’envergure lui permet d’attirer les passionnés de l’hiver de tout âge è travers le monde.

Sur place, les représentants des différents partenaires installés en kiosques dans le village de marques ont répondu aux questions des visiteurs, touchant tant à la sécurité en hors-piste qu’à l’équipement de pointe ou aux domaines skiables. Mentionnons notamment Dynafit, dont l’objectif premier est de fournir aux adeptes de ski-alpinisme en hiver et de trail alpin en été des produits high-tech de première qualité. Légèreté, vitesse, performance et technologie sont les éléments de référence qui se retrouvent dans tous le processus et les produits de cette marque. Les sports de montagne sont liés à la performance et Dynafit se positionne à la pointe de la pyramide dans ses disciplines de prédilection. Leur mission est d’apporter un maximum de soutien aux athlètes en leur proposant des produits capables de relever les plus grands défis en montagne.

Également présents lors de l’événement, l’unique centre d’avalanche de l’Est du Canada était représenté par Laurie Dumas, disponible pour informer et répondre aux questions de chacun. Leur mission est de rassembler l’expertise de sécurité en avalanche pour assurer une offre de services spécialisés de haut niveau dans le but de réduire les risques d’accident et sauver des vies. Il est à noter que l’organisme fera une levée de fond lors du prochain événement iF3 le 3 novembre prochain à Québec.

Les visiteurs qui ont parcouru le village de marques ont également eu l’occasion d’échanger avec des représentants de montagnes à proximité de chez nous telles que leMont Sutton, le Massif du Sud, Mad River Glen et Whiteface.

En résumé, la mission du iF3 est d’unir, de promouvoir, d’honorer et de célébrer le talent de tous ceux qui contribuent à la progression constante du sport et de l’industrie. C’était la fin de semaine parfaite pour côtoyer les athlètes, skieurs et représentants dans le domaine du film. À ce sujet, les résultats sont affichés depuis la tenue du gala sur le site de l’événement mais les trois meilleurs films à ne pas manquer sont les suivants: Trophée du ski « Film de l’année »: Zig Zag-level 1, Trophée du snow « Film de l’année » : TransWorld Snowboarding – The future off yesterday et  récompensé du Trophée toutes catégories « Choix du jury »: TransWorld Snowboarding – Kamikazu.

Si vous avez manqué l’édition montréalaise du festival, l’occasion de vous rattraper arrive à grands pas: ce samedi 3 novembre, à l’Espace Saint-Grégoire à Québec. Une seule journée est prévue, ne ratez pas les projections axées sur le backcountry avec le film Hoji et Kamikazu.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Gabriel Tétreault
Passionné de ski hors-piste, Gabriel se contente très peu souvent de faire les choses comme les autres. Vous le verrez rarement dans un refuge conventionnel, il préfère de loin trainer son poêle à bois et sa tente tendue au pied des montagnes pour y ériger son campement où il peut y passer plusieurs jours en autonomie complète.