En janvier dernier, j’ai eu l’occasion de découvrir Grindelwald, une station Suisse située dans la région de la Jungfrau, dans l’Oberland bernois, au pied de la face Nord de l’Eiger. Cette station, de plus en plus fréquentée par les nord-américains, est tout de même beaucoup moins connue que ses voisines autrichiennes, mais surtout moins visitée que la fameuse Zermatt. Mon intérêt pour l’endroit était surtout relié à la proximité d’une partie de ma famille, j’ai donc profité de mon voyage pour aller dévaler les pistes de Grindelwald.

Brève présentation

La station possède deux domaines skiables: le First, et Wengen – Männlichen – Kleine Scheidegg. Le domaine du First  débute au centre du village sur un versant ensoleillé, situé entre 1050 mètres (altitude du village de Grindelwald) et 2500 mètres. Les 60 kilomètres de pistes de ski alpin et 40 km de sentiers de randonnée et de luge sont desservis par huit remontées mécaniques dont une télécabine en trois tronçons qui permet de rejoindre First à une altitude de 2168m, directement à partir du village. De là vous avez accès à une montée à pied à la plus longue piste de luge du monde (15 km).

Le domaine suivant relie Grindelwald à Wengen en passant par le Männlichen (2 343 m) et la Kleine Scheidegg; il débute à Grund, le bas du village. Ce domaine comporte une quinzaine d’installations et 110 km de pistes de ski en plus de 30 km de luge, le tout situé au pied de l’Eiger, du Mönch et de la Jungfrau. Le domaine skiable est accessible depuis Grindelwald et Wengen avec le funiculaire (Wengernalpbahn) ou le téléphérique (télécabines de Grindelwald-Männlichen ou téléphérique de Wengen-Männlichen). Il est également accessible en train de Grindelwald et Wengen, les voies mènent à la Kleine Scheidegg, d’où part le chemin de fer de la Jungfraujoch Top of Europe à 3454m. Il s’agit de la plus haute gare d’Europe, elle offre une vue spectaculaire sur les Alpes Suisses.

S’y rendre

La station est à trois heures de l’aéroport de Zurich, qui est desservi par des vols direct de Montréal, offerts par la compagnie Swiss International Air Lines. L’avantage avec Swiss c’est que la compagnie offre le transport gratuit d’un sac de ski par personne en plus de votre premier bagage.

Une fois en sol helvète, la meilleure façon de se rendre à Gridelwald c’est par tain. Les départs de l’aéroport se font au 30 minutes pendant les périodes achalandées, la ponctualité et fiabilité de cette ligne sont exemplaires. De la gare, on peut se diriger vers le secteur Grindelwald First ou changer de train pour Grindelwald Grund d’où on accès au secteur Männlichen – Kleine Scheidegg en empruntant une longue télécabine, qui met presque 30 minutes pour traverser le vaste terrain. Il existe une autre option de transport, beaucoup plus exotique: rester dans le train pour monter jusqu’à Kleine Scheidegg à 2061m pour y commencer directement la journée de ski.

Mes impressions

De Kleine Scheidegg, on peut se diriger vers Lauberhorn, d’où commence la célèbre course FIS de descente du même nom. De ce secteur, on a une très belle vue vers le célèbre Eigernordwand connu mondialement chez les alpinistes pour sa difficulté. La station offre des remontées mécaniques modernes presque toutes débrayables à haute vitesse, dont plusieurs équipées de bulles de protections, teintées de couleurs différentes.

Comme je n’avais qu’une seule journée pour explorer la station et qu’une brume très dense coupait à la mi-montagne, j’ai limité mon exploration au secteur supérieur de Kleine Scheidegg  Männlichen, d’où on avait une belle vue sur la brume dans les vallées. Ce secteur offre du terrain pour les skieurs de tous les niveaux avec plusieurs pistes larges et très faciles pour débutants. Les skieurs plus avancés trouvent aussi très facilement des pistes difficiles et extrêmes, dont une avec 71% d’inclinaison!  À l’exception de cette piste, tous les skieurs qui skient des pistes bleues au Québec peuvent skier ce domaine sans problème. Une petite adaptation est requise car il n’y a pas d’arbres au bord des pistes et on se concentre souvent trop à observer les magnifiques paysages au lieu de skier!

Les conditions étaient très bonnes sur les pistes malgré des chutes de neige peu abondantes les semaines qui précédaient ma visite. Comme il ne pleut jamais à ces altitudes en hiver, les pistes sont totalement exemptes de glace, seules les parties abruptes étaient un peu durcies. La station offre beaucoup de possibilités de hors-piste d’une difficulté variant de facile a très difficile. Lors de ma visite, les conditions étaient plutôt défavorables pour sortir des pistes, mais les options existent et le terrain est probablement très intéressant lorsque les chutes de neige le rendent praticable.

Pour bien explorer les deux domaines on a besoin d’au moins deux jours, davantage si on a les connaissances et l’équipement pour effectuer des sorties en hors-pistes. Pour les skieurs qui restent plus longtemps ou qui aiment explorer d’autres terrains, la station de Mürren-Schilthorn est facilement accessible par train de Wengen et offre 51 km de pistes et une vue magnifique du somment du Schilthorn à 2 970 mètres.

Grindelwald offre un grand choix de restaurants répartis dans la montagne, qui offrent des menus très variés de style cafétéria libre service jusqu’aux menus très haut de gamme. Même les restos plus modestes offrent un niveau de cuisine qui n’est disponible chez nous que dans quelques stations haut de gamme. Désolé pour les amateurs de poutine et fast food, vous n’avez pas un grand choix! Coté hébergement, le choix est également très vaste, il y a de tout, tous les gouts et budgets: du dortoir à la chambre simple jusqu’au au plus grand luxe.

Malgré la brume très intense dans les parties inférieures de la montagne, j’ai eu une excellente journée dans le secteur supérieur, du côté de Kleine Scheidegg  Männlichen. Lors d’une future visite, j’ai l’intention d’explorer le secteur de la célèbre piste de course Lauberhon-Weldcup qui était dans la brume lors de mon passage. J’irai aussi explorer le secteur First qui est réputé pour son ensoleillement, ses parcs à neige, sa demi-lune et le secteur skicross. À suivre lors d’une prochaine saison…