VOS SPORTS:
Publication partenaire

Jackson Hole, ça c’est cowboy!

28 février 2015 | Reportage, par David Maurer
Photos D. Maurer et I. Boyer

Au mois de mars 2014, j’ai enfin pu dévaler les pentes de la mythique station de Jackson Hole au Wyoming, au cœur des États-Unis. Cette station est réputée pour sa neige poudreuse de qualité et son terrain abrupt et constant. Chaque année on admire des images de cette station et de son hors-piste dans les films de ski et snowboard les plus prestigieux. Vous comprendrez que cette station me faisait rêver par son terrain légendaire qui se classe dans le top 5 de chaque sondage des meilleures stations de ski en Amérique du Nord. Et après l’avoir visité, j’ai rapidement confirmé pourquoi…

Généreux de ses 2500 âcres skiables dans le centre de ski, combiné à plus de 3000 âcres de ski hors-piste de renommée mondiale, Jackson Hole peut vous en mettre plein la vue. Plein les cuisses aussi, avec son dénivelé de 1261 mètres, le plus grand dénivelé continu accessible en remontée mécanique aux États-Unis. Avec un téléphérique de 100 passagers qui vous mène de la base au sommet en 9 minutes, vous allez bien mériter votre après-ski! Ensuite, on parle d’un sommet à 3185 mètres qui offre la majorité des pistes avec une orientation sud-est, mais les multiples crêtes permettent de trouver des faces au nord, à l’ouest, au sud, à l’est, donc on peut toujours s’amuser selon l’heure du jour ou la période de l’année. Ais-je mentionné que ce terrain de jeu comporte seulement 10% de pistes de calibre débutant et 50% de calibre expert? Ajoutez à cela une moyenne mirobolante de précipitation de neige des 5 dernières années à 1165 cm, on a certainement une recette gagnante!

Première constatation, je n’ai trouvé aucun secteur ennuyeux… La pente est constante et les faux-plats se font rares par ici. Vous pourrez vivre un sentiment de délire à n’importe quel moment et n’importe où sur la montagne!  Pistes de neige naturelle damée à perfection, couloirs abrupts et étroits, sous-bois avec des arbres bien espacés, sauts et modules « freestyle » à travers un sous-bois, rochers et falaises avec atterrissages en poudreuse, champs de bosses à perte de vue, ski dans le bois improvisé, faites vos jeux, rien ne va plus…

Au sommet de la montagne, à partir du téléphérique du « Big Red », vous pourrez skier un large champ de neige ou plutôt aller voir le spectacle qu’offre le « Corbet’s Couloir », celui qui fait couler beaucoup d’encre comme étant l’une des pistes officielles parmi les plus difficiles en Amérique du Nord. En guise d’introduction, vous devez sauter en bas d’une corniche de neige d’environs 25 pieds avant d’atterrir à pleine vitesse entre les murs rocailleux du couloir et tenter de vous rendre en un seul morceau en bas de la pente remplie de poudreuse. Selon ce que j’ai vu, beaucoup viennent skier la montagne avec l’espoir de s’élancer du haut de cette piste, mais lorsqu’ils voient en quoi ça consiste… font demi-tour! Mais la déception est de courte durée: il ne manque pas d’opportunités pour du ski de qualité à partir de ce point.  Vous pourrez aller vers la « Sublette chair » ou la « Thunder chair » pour trouver une multitude de pistes abruptes parsemées d’arbres ainsi que quelques pistes damées. Lorsque vous êtes dans ce secteur, n’oubliez pas de descendre jusqu’à la base pour essayer les « Hobacks » et les autres larges bols de neige plus bas sur la montagne, vous trouverez de la neige à tracer presque garanti. Par contre, étant plus bas en altitude, ces bols pourraient offrir une texture de neige de moindre qualité qu’au sommet.

En poursuivant, une montée dans la « Bridger gondola », la télécabine à 8 passagers, vous amènera vers du terrain très excitant et bien moins intimidant. De larges pistes damées, un vaste étendu de sous-bois et des pistes à bosses seront au menu dans ce secteur. D’ici, vous pourrez continuer vers la « Casper chair » qui vous transporte à un secteur de calibre généralement intermédiaire et avancé. D’ailleurs, cette chaise débrayable nous a apporté beaucoup de plaisir puisque l’embarquement se fait à mi-montagne. Lors de notre deuxième journée de ski ici, il pleuvait à la base de la station, mais neigeait à gros flocons dans la moitié supérieure de la montagne. Nous avons donc pu skier de la poudreuse vierge toute la journée dans le secteur desservi par ce quadruple! De plus, les chasseurs de poudreuse et skieurs experts semblent skier d’avantage le secteur du Tram, donc la neige dans les sous-bois se trace moins vite par ici. Autre fait à noter, c’est dans ce secteur qu’on retrouve les « Stash Parks », ces pistes et sous-bois parsemés de modules de bois qui s’apparentent aux parcs à neige avec sauts et modules pour ceux qui recherchent ce type de terrain de jeux.

Il ne faut pas oublier la chaise « Après-Vous » qui offre de longues descentes pour les intermédiaires, et un vaste choix de sous-bois, surtout avec le « Saratoga Bowl ».  Vous risquez de trouver de la neige profonde et vous sentir seul au monde dans ce bol peu achalandé.  Serait-ce la traverse du retour vers la base qui en décourage plus d’un? Peu importe, vous allez fortement apprécier votre passage dans ce secteur.

Nouveauté pour la saison 2015-2016, la station installera une nouvelle chaise, « Teton Chair », qui mènera au sommet du secteur « Crags » situé entre la chaise Casper et la chaise Après-Vous. Celle-ci va donc faciliter l’accès à un secteur qui n’est présentement accessible qu’à pied. Il y a un peu de controverse dans le milieu par rapport à ce projet puisque l’accès au hors-piste du « Granite Canyon » sera rendu presque direct et des gens sans équipement ou connaissances en hors-piste pourraient s’aventurer dans ce terrain dangereux. Si vous rêvez du hors-piste, pensez aussi au secteur du « Cody Bowl », mais encore une fois, équipement approprié et connaissances sont de mise pour sortir du terrain balisé de Jackson Hole.

Une fois la journée de ski terminée, comme on dit par chez nous, il fait soif! Vous ne manquerez pas de choix pour vous humecter les lèvres avec un breuvage rafraîchissant. Dans le Teton Village au pied des pistes se trouve le « Mangy Moose ».  C’est LA place pour de l’après-ski rempli d’énergie. Musiciens sur scène et ambiance survoltée seront au menu. Si la journée est relativement chaude et ensoleillée, pensez à visiter la terrasse entourée de feu du « Handle Bar », situé près de la base du « Teewinot chair ».  Profitez-en pour déguster un bon whisky du Wyoming tout en faisant le plein de rayons de soleil sur cette terrasse magnifique au pied des pentes.

Si vous préférez vous rapprocher de la ville de Jackson après votre journée, vous pouvez faire une halte à la « Roadhouse Brewery » pour goûter les saveurs locales.  Pour les amateurs de bière, ne manquez pas de visiter le « Snake River Brewing Co » dans la ville de Jackson, que ce soit pour boire un verre ou pour souper dans une ambiance décontractée. La ville ne manque pas d’options d’hébergement, de boutiques, de galeries d’art ou d’une large gamme de restaurants à faire saliver. J’ai bien aimé ma visite au « Gun Barrel Steakhouse » avec les animaux empaillés à travers le restaurant et un menu qui fera plaisir à tous les cowboys du Wyoming ainsi qu’aux touristes à la recherche de saveurs locales.

À travers tout ça, rien ne vous empêche de visiter le centre de ski de Snow King qui surplombe la ville de Jackson, ou de faire un peu de route pour aller aux larges pentes de ski de Grand Targhee. Si vous avez envie d’une journée en nature sans être sur les pentes de ski, le parc national de Grand Teton est tout près pour observer des bisons, orignaux, wapitis, dans un décor montagneux majestueux.  Le parc national Yellowstone est également accessible en voiture, réputé pour ses geysers, ses sources géothermiques et sa grande biodiversité.

En somme, si vous voyagez à Jackson Hole pour y faire du ski, vous risquez de tomber sous le charme de l’endroit comme ce fut le cas pour moi. L’offre de ski est excellente peu importe le type de terrain que l’on recherche, le village au pied des pentes ainsi que la ville de Jackson regorgent d’activités et d’endroits pour assouvir votre faim, votre soif et votre curiosité, et la beauté des environs qui rappellent les vieux films de cowboys risquent de vous imprégner d’images qui resteront gravées longtemps dans votre imaginaire. Allez, sortez votre petit côté cowboy et lâchez-le lousse à Jackson Hole!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

David Maurer
Actif depuis plusieurs années dans le monde du ski au Québec, David est propulsé par une énergie infaillible (exception faite des matins sans poudreuse). Toujours prêt à aider ses semblables, David partage ses connaissances à tout va! Vous le verrez peut-être devant une caméra, en train d'expliquer comment atterrir en bas d'un rocher sans se casser la margoulette!