VOS SPORTS:
Publication partenaire

La bergerie des skieurs, 10 avril 2019

La région des Laurentides vient-elle de recevoir sa dernière bordée de neige de l’hiver ?

Si c’est le cas, j’en ai bien profité en faisant une agréable randonnée dans mon coin favori des Laurentides : la bergerie du Mouton Noir, le «fief» de Pierre Gougoux à Sainte-Agathe.

Passionné de plein air, cet ancien prof possède une terre où passe plusieurs sentiers du club de plein air de Sainte-Agathe et a transformé les montagnes derrière chez lui en un terrain de jeu pour skieurs et raquetteurs situé au beau milieu du réseau du club de plein air de Sainte-Agathe.

Encore mieux : les jours de semaine, les Gougoux permettent aux randonneurs de se garer chez eux et de chausser les skis dans leur cour.

C’est ce que j’ai fait aujourd’hui… et je me suis vite retrouvé en montagne et dans un décor étonnamment hivernal. Quelques centimètres de nouvelle neige crémeuse sur une croûte solide comme le roc, ça donne des conditions de glisse très agréables même si ça «collait» pas mal dans les montées.

Comme d’habitude, j’ai grimpé dans la montagne par le sentier Bergerie. J’avais un plan : laisser mon sac et mon lunch au refuge La Cordée et «rayonner» à partir de là.

C’est un plan que je recommande à ceux qui veulent faire du bon ski nordique en tournant en rond plutôt qu’en s’enfonçant loin en forêt.

L’attraction principale du secteur est la fameuse «descente aux enfers» qui se trouve juste derrière le refuge La Cordée. C’est une longue descente dans une érablière où on peut rester dans un couloir dégagé juste assez large où s’improviser un trajet en louvoyant entre les arbres.

On a l’impression de dévaler un sous-bois de centre de ski alpin quand on se lance dans cette pente ; et quel bonheur d’y faire les premières traces après une chute de neige.

C’est ce que j’ai fait trois fois plutôt qu’une aujourd’hui, en remontant chaque fois par le sentier Bergerie où la remontée est moins directe et plus facile.

Tout près du refuge La Cordée, on trouve aussi quelques courtes pistes de ski peu fréquentées : La Marmotte, La Chèvre, La Loutre, etc.

On peut s’amuser une bonne heure à explorer le dédale qu’elles forment dans un joli coin de forêt légèrement accidenté. Difficile de trouver mieux pour initier un enfant au ski nordique.

Pour faire du ski plus corsé, je vous suggère de pousser plus loin en forêt en vous concentrant sur la piste Gillespie.

En filant vers l’est, cette piste historique monte une colline puis nous offre une hallucinante descente sinueuse sur son versant est.

Aujourd’hui, j’ai eu la chance de la trouver complètement vierge plutôt qu’usée par le passage des skieurs. J’en ai profité pour la descendre d’un trait à haute vitesse pour la première fois.

Il y a une autre descente dans le même genre sur la Gillespie en direction ouest, entre le carrefour de l’Alpage et la piste Le Chemin du Tracteur. Celle-là est plus courte, mais tout aussi sinueuse. Plaisir garanti quand la neige est bonne.

Mon seul regret de la journée : avoir fait une sortie solitaire dans un coin qui se prête merveilleusement à une excursion familiale. Ce sera pour une éventuelle journée pédagogique…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/zone.ski/public/wp-content/themes/uniqmag-premium-theme/includes/single/post-tags.php on line 10

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste et scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.