VOS SPORTS:
Publication partenaire

La Catamount Trail à Bolton Valley, 7 mars 2019

Bolton Valley au Vermont, c’est avant tout une station de ski alpin. Mais cette station possède aussi un «versant nordique» que j’ai très partiellement découvert aujourd’hui.

«Très partiellement» parce que le réseau de sentiers du Bolton Valley Backcountry and Nordic Sport Center est colossal. On parle d’une quinzaine de kilomètres de postes entretenues et, surtout, d’une centaine de kilomètres de vrais sentiers d’arrière-pays tracés en montagne.

C’est dans ces sentiers d’arrière-pays que j’ai fait randonnée, en commençant par réaliser un vieux projet : skier sur la Catamount Trail, une piste de ski qui traverse tout le Vermont du nord au sud en passant par Bolton Valley.

À partir de la station, qui se trouve à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, j’ai suivi la Catamount Trail jusqu’à son point élevé dans tous le Vermont, un col se trouvant à un peu plus de 1000 mètres d’altitude.

Cette ascension de 300 mètres s’est plutôt bien passée.

Au départ, on monte très graduellement par une large piste qui mène au refuge Bryant, une charmante cabane qu’on peut louer pour dormir en forêt.

Ensuite, après un bout presque plat, on se met à grimper sérieusement, dans un sentier décrivant plusieurs lacets dans une pente très inclinée, et on finit par pénétrer dans une forêt de conifères d’une densité incroyable.

C’est dans cette forêt que j’ai croisé ce panneau d’avertissement. Si on poursuit plus loin sur la Catamount Trail, on se met à perdre de l’altitude et on finit par aboutir au Trapp Family Lodge dans la vallée voisine.

C’est une randonnée classique de la région que j’aimerais bien faire un jour… mais sûrement pas en solo !

Au lieu de revenir sur mes pas pour rentrer vers mon départ, j’ai fait une boucle en redescendant la montagne par les sentiers Raven’s Wind et George’s Gorge.

La Raven’s Wind a été une épreuve… de ski accroupi ! Sans doute parce qu’il y a beaucoup de neige au sol, je devais continuellement me pencher pour éviter les branches des conifères.

J’ai eu plus de plaisir sur la George’s Gorge, qui commence par un sous-bois où on peut s’écarter du sentier et se termine par une longue descente sinueuse où j’étais bien content d’avoir de skis courts et larges que je peux piloter comme des skis alpins.

Après ça, j’avais envie de dévaler un autre sous-bois. Alors avant de rentrer, j’ai fait un crochet pour aller descendre le sous-bois Prayer’s Flag, qui me semblait long et pas trop incliné sur la carte des sentiers.

J’ai bien fait parce que j’ai fait là ma meilleure descente de la journée dans un sous-bois parfait pour mon niveau d’habileté.

Les nombreux sous-bois qu’on trouve sur ce réseau de sentiers constituent d’ailleurs le principal attrait des lieux. Il faut toutefois être bien équipé pour en profiter parce que la plupart sont assez inclinés merci.

Bref, on a affaire à du terrain qui convient mieux à du gros équipement de télémark ou de ski hors-piste, et où on accumule les montées et les descentes plutôt que les kilomètres.

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste et scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.