VOS SPORTS:
Publication partenaire

La paix à Owl’s Head – Ouverture 9 décembre 2017

Après une semaine intense au travail, j’avais besoin de paix, je l’ai trouvé à Owl’s Head ! En solitaire aujourd’hui avec un achalandage minime, une nature magnifique et le doux sifflement des canons à neige, l’expérience m’a complètement apaisé. Merci aux gens de Owl’s Head d’avoir emboîté le pas des autres stations estriennes en ouvrant aujourd’hui malgré le peu de neige au sol.

L’arrivé dans le stationnement de Owl’s Head procure un petit suspense : on ne voit qu’a la dernière minute la quantité de voitures. Ce matin, à peu près à l’heure d’ouverture, je n’ai pas été très surpris de ne dénombrer qu’une quinzaine de véhicules ! Difficile à comprendre, cette station partage avec Orford la plus grande dénivelée de l’Estrie et ses nombreuses remontées débrayables garantissent un minimum d’attente et un maximum de descentes. Bon, en tout cas, moi, j’y suis et je vais en profiter en grand !

Stationnement 8h45

 

En passant, voici un petit tableau comparatif des stations ouvertes en Estrie (sources : Les sites internet des montagnes en question, mais mon évaluation pour le nombre de piste réelle)

La station offrait en ce samedi 2 pistes : la fameuse Lilly’s Leap de calibre intermédiaire à partir du sommet et la Cind’y Slip une piste facile. Chaque piste desservie par un télésiège quadruple. En passant la Lilly’s Leap apparaît dans un palmarès cette semaine de la revue Espace des pistes au Québec offrant les plus beaux panoramas.

Les conditions étaient dures mais excellentes. Le peu de skieurs permettait d’enchaîner les descentes (et les montées 0 attente) avec le plaisir jubilatoire d’être fin seul dans la piste. Décider de sa course, sa vitesse et du meilleur spot pour arrêter écouter le vent dans les arbres, wow ! J’ai fait comme ça 7 descentes avant de prendre une petite pause nutritive. Surprise encore de découvrir un chalet vide ou presque, je n’aurai pas de problème à me trouver une place !

Bien nourri, je repars pour 9 autres descentes rapides et satisfaisantes. Même si je refais la même piste encore et encore, je souris bêtement en enchaînant les virages super-géant. Faut toutefois arrêter plus souvent, un peu plus de skieurs et planchistes peuplent maintenant la piste. À noter les gens de la Fondation Sports Adaptés qui sont présent aujourd’hui déjà pour offrir la possibilité à des gens à mobilité réduite de dévaler les pentes en « ski assis », c’est cool !

Belle expérience paisible aujourd’hui, mon énergie est rechargée grâce au pouvoir des sports de glisse ! Et spécialement à Owl’s Head avec cette merveilleuse vue et le soleil ce matin, c’est doublement réussi. J’y retourne promis et je vous encourage à vous payer un cadeau pendant les Fêtes : allez skier Owl’s Head.
Que la paix soit avec vous.

L’Abbaye St-Benoît du Lac

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Pierre Bégin
Pierre est skieur depuis l’âge préscolaire avec un intermède planchiste pendant les années 90; sans jamais abandonner le ski qu’il pratique régulièrement surtout en Estrie. Il aime partager sa passion par le biais d’une chronique de ski autant que d'aller vite, mais s’arrête souvent pour s’assurer de ne pas manquer un saut ou un virage de poudreuse oubliée!