VOS SPORTS:
Publication partenaire

La Réserve, poudreuse d’antan – 1er janvier 2019

En tant que skieur chevronné, peut-on considérer Mère Nature comme une proche de la parenté à devoir visiter au premier jour de l’année ? Si vous avez défié le raisonnable après une courte nuit et êtes allé skier aujourd’hui, elle vous félicite sincèrement pour votre effort. Elle a raison d’être fière de votre déplacement afin de la saluer. À La Réserve, elle s’était vêtue d’une nouvelle robe considérablement épaisse, soit 25 cm durant la nuit.

Ma première étape ce matin donc, après le réveil en mode zombi, c’était de vérifier les statistiques. Le site web indiquait le chiffre magique 25 pour la neige, mais 12 pistes ouvertes, me laissant soudainement perplexe. Qu’à cela ne tienne, on plie bagages et on espère le mieux.

Bouillonnant en voyant les S se dessiner à gauche et à droite lors de la première remontée, j’analyse les bottes de mes voisins de chaise, bien enneigées. Je leur demande alors si les sous-bois 4 et 5 sont accessibles, juste pour me rassurer. La réponse fut sans hésitation : « tout est ouvert ». Je regrette soudainement mes 2-3 verres de vin tardif de la veille, ou de ce matin…

À plusieurs reprises, je lâche quelques cris de bonheur dans mon casque et j’étais loin d’être le seul. Je sais que ça va être une vraie. Vous savez, celle où le corps souffre tout en souriant ?

Les sous-bois étaient très beaux, comme pour l’ensemble du terrain de jeu, non damé.

Il y a bien eu quelques remontées avec attente jusqu’à 13h, mais ensuite ça s’est dissipé rapidement suite à l’ouverture du deuxième télésiège quadruple, ne donnant plus de répits aux jambes.

Aujourd’hui, je me suis senti comme dans mon jeune temps. La poudreuse était épaisse, profonde, ventée, sans trop d’humidité, générant de légères bosses molles au fil de l’après-midi.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!