VOS SPORTS:
Publication partenaire

Le Massif de Charlevoix, Acte de foi, 4 mars 2020

Les absents ont eu tort

Ceux qui ont regardé la météo locale à Québec avant de décider ou non d’aller skier auront eu tort. En ville, c’était un mélange de pluie et de neige qui tombait au sol. Il fallait faire un acte de foi, ou en vérifiant le site de la station, vous auriez su que le Massif de Charlevoix avait reçu 15 cm de neige pendant la nuit et que ça continuait de tomber allègrement. La station est en altitude et avec le vent venant du fleuve Saint-Laurent, la neige se forme plus facilement. En quittant Beaupré et en montant la Côte de la Miche, c’est la neige qui recouvrait la chaussée jusqu’au Massif.

La route facile

Le télésiège du Camp-Boule n’avait pas d’attente.

Moins de skieurs que prévu

À mon arrivée un peu tardive, 9h45, le stationnement P1 était plein, mais le P2 commençait à peine à recevoir des clients. Le passage à la billetterie s’est fait prestement et le chalet n’était pas plein à craquer comme on aurait pu s’attendre en semaine de relâche. J’allais rejoindre des membres de ma famille qui n’étaient pas très familiers avec la station. Nous avons skié la route facile, qui débute par La Jean-Noël puis La Gagné et ensuite La Desjardins, jusqu’au télésiège du Camp Boule ou l’attente était nulle. La neige était moelleuse et malléable sous les spatules. Après quelques descentes, j’ai suggéré de rentrer afin d’éviter la cohue au chalet du sommet. À 11h30, nous avons facilement trouvé une table et s’asseoir dans le bar. Sans dire que c’était vide, on nous a dits qu’il y avait non loin de la moitié de l’achalandage de la veille.

Igor et ses fans

Enfin, on peut voir le fleuve

À notre sortie, Igor s’amusait avec les petits et grands qui voulaient immortaliser leur passage au Massif avec une photo du célèbre personnage. Le brouillard de neige a cessé pendant notre dîner et on peut voir le majestueux fleuve Saint-Laurent derrière les quelques nuages. Nous prenons la direction de La Martine, qui me semblait un bon choix pour la famille. 

Le fleuve du haut de la Petite-Rivière

Le haut de La Martine. En arrivant à la fourche, prenez-là.

La Martine avait été visitée à profusion en matinée et la piste était parsemée de bosses molles. Les îlots d’arbres peuvent porter à confusion, à savoir si on passe à gauche ou à droite, alors peu importe. C’était peut-être un peu plus difficile pour eux, mais j’ai bien aimé mon passage dans cette piste. Cette belle neige a été dure pour certains et la zone de repos à mi-parcours a facilement trouvé preneur. Après tout, c’est la relâche.

Aire de repos à mi-parcours dans La Combe

La météo s’annonce clémente pour les prochains jours de relâche. Le mercure devrait osciller autour de 0˚C avec du soleil pour jeudi et quelques flocons vendredi. C’est le temps idéal de profiter des beaux jours d’hiver de mars. Dans moins de trois semaines, ce sera le printemps. Nous devrions avoir encore quelques belles bordées de neige d’ici là.

La Combe

Bonne fin de relâche

Profitez du moment ! À ceux qui on manqué cette belle journée de ski au Massif de Charlevoix, les pistes sont belles et bien enneigées. De plus, samedi soir, nous passons à l’heure avancée, ce qui va nous permettre de skier plus tard en après-midi. 

Bon ski

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jacques Boissinot
De la photo au ski en passant par la voile et la moto, Jacques (La Comète) garde un coeur jeune en vivant à fond chacune de ses passions. Essayez de le suivre en piste... vous comprendrez l'origine de son pseudonyme!