VOS SPORTS:
Publication partenaire

Le mercure est bas au Mont Grand-Fonds – 3 février 2018

Ce matin en montant au mont Grand-Fonds je me dis que ce sera une journée très froide en plus de constater un thermomètre indiquant -30°C à mon arrivée à 8h30 à la station. Je décide d’attendre un peu que le soleil sorte avant d’aller skier. À l’ouverture, c’est-à-dire à 9h, je remarque qu’il n’y a pas beaucoup d’achalandage, il n’y a pas beaucoup de personnes voulant braver le froid ce matin, par contre en après-midi j’ai observé un peu plus de gens à la montagne.

Après avoir regardé le départ de la compétition de ski de fond, je me suis engagée dans la montagne. Mon coup de cœur aujourd’hui était la pente #2 les bouleaux qui est longue à descendre et qui offre une belle vue, il y a quelques arbres à éviter au milieu de la piste, elle se fait très bien. Je n’ai pas fait toutes les pentes, mais toutes celles que j’ai faites étaient très belles. La dameuse a fait un très bon travail.

Les gens semblaient bien apprécier les pentes à bosses ainsi que les sous-bois. On voyait de la belle neige.

J’ai bien aimé faire la pente #7 la Florence, j’était la seule durant toute ma descente!

Avec un dénivelé de 335 mètres, la montagne compte une vingtaine de pentes et elles semblaient pas mal toutes ouvertes aujourd’hui. Les deux remontes pentes étaient ouverts (un télésiège et l’autre est de type t-bar). De plus, la petite pente-école offre un remonte-pente adapté pour les jeunes.

Une partie de la montagne est réservée pour des pistes d’une difficulté assez élevée (très difficile et extrêmement difficile) tandis que le côté droit de la montagne offre les pentes plus accessibles à tous. Cependant, la montagne est assez pentue, peu importe de quel côté de la montagne on est. Cela offre un petit défi de plus en descendant.

Comme aujourd’hui est une journée très froide, et par chance pas de vent, je ne vous cache pas que j’ai dû m’arrêter à quelques reprises dans mes descentes afin de me cacher davantage le visage. Je devais remonter ma cagoule afin de me cacher les joues question de coincer la cagoule sous mes lunettes en évitant d’embuer celle-ci à chaque fois que je respire… Toute une logistique !

Le fond des pentes est ferme avec une belle qualité de neige. En revanche, il faut se méfier dans la pente en dessous du télésiège, car on voit beaucoup d’herbes et quelques roches sont visibles. Il est toutefois possible de se faire un chemin tout en évitant celles-ci.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Catherine Lacombe
Enseignante de profession et skieuse depuis un très jeune âge, Catherine aime profiter de l'hiver et de ses nombreuses tempêtes de neige pour descendre des pentes. Toujours partante pour vivre une aventure, sa curiosité la pousse sans cesse à découvrir de nouvelles stations. Adepte de poudreuse, elle n'est jamais bien loin des sous-bois!