VOS SPORTS:
Publication partenaire

Le Valinouët – 22 février 2019

La Valinouët avait des airs de printemps ensoleillé vendredi, avant que les nuages ne s’y accrochent, puis redonnent place au soleil. Si le temps est changeant dans ce coin de pays, les pistes, elles, demeurent toujours de qualité égale.

Imaginez une boule à neige. Vous savez, ce truc en verre qu’on brasse pour simuler une chute de neige sur un décor hivernal. Le Vali, c’est ça. Bon, ça, c’est mon côté contemplatif. Revenons en piste.

Selon les ouï-dire, il serait tombé un mètre de neige cette semaine. J’en doute. Cependant, la dizaine, ou plus, de centimètres reçue jeudi était suffisante pour offrir le vendredi des pistes parfaitement damées et un couvert neigeux très agréable dans les sous-bois et les pistes à bosses.

Encore une fois, j’ai été impressionnée par la rapidité des pistes sur surface dure. La Turcotte, sous le télésiège quadruple, La Tremblay ou encore La Turcotte, offrent un challenge très intéressant avec une pente constante de haut en bas.

Côté sous-bois, je n’ai fait que La Yéti. Mais quand même, quelle piste. Vendredi, elle avait définitivement le goût de défier les skieurs. Les bosses y sont grosses. Et comme le couvert ligneux est dense, il faut être prêt à faire jouer les amortisseurs. Ça passe serré et pas nécessairement en douceur.

Le Valinouët célèbre cette année ses 35 ans. Pour l’occasion, deux nouveaux sous-bois ont été aménagés dans le secteur des pistes à bosses. J’attends que mes hôtes du week-end me les fassent découvrir, mais semble-t-il qu’ils valent le détour. À suivre…

Parlant bosses. J’ai redécouvert La Maltais, La Gagnon, La Dufour, La Perron. À bien y penser, ces pistes à bosses diffèrent de bien d’autres par leur parcours étroit et sinueux. Oubliez la grande ligne droite. Non, c’est pistes ont un caractère sauvage propre au Valinouët avec «mini-cliffs» et l’obligation d’ajuster sa vitesse et sa direction. Les lignes de pente se méritent par une bonne analyse du terrain. Un ami skieur venu une seule fois il y a deux ans m’en parle encore avec joie.

Ce samedi est jour de grande célébration pour les 35 ans de la station avec une foule d’activités. La fête se poursuit le lendemain avec 20 autres centimètres attendus. Comme quoi, le ski de printemps s’annonce sublime.

Et comme le ski sans l’après-ski ce n’est pas du ski, je  me suis dirigé au bar du chalet pour terminer cette journée d’un peu tous les styles: damé, sous-bois, bosses, un peu de neige vierge (il en restait). À la neige, au ski, Cheers!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Néron
"Bosses, sous-bois, poudreuse." L’hiver venu, Jean-François répète ces mots comme un mantra. Il aime chasser la tempête pour profiter de conditions optimales. Son plaisir est doublé lorsqu’il dévale les pentes entre amis ou rencontre les “habitués” d’une station, question de découvrir des secteurs moins fréquentés.