VOS SPORTS:
Publication partenaire

Lendemain de vent, Owl’s Head 7 janvier 2018

Il y a des lendemains de veille et il y a des lendemains de vent. Depuis vendredi, je tente d’aller profiter de la tempête à Owl’s Head pour profiter des 25 cm reçus. À cause des forts vents, la station a dû opérer de façon limitée, c’est-à-dire sans la chaise du sommet, vendredi et hier, samedi. J’ai décidé d’attendre, sachant qu’aucun skieur n’irai en haut de la montagne. Je savais bien que le vent allait durcir la neige, mais j’espérais trouver dans des sous-bois à l’abri, un peu de poudreuse pas trop compactée.

Je suis donc arrivé vers 9h00 à la station. La chaise du sommet roulait, mais sans client dedans… Les 2 jours d’inactivité ont contraint un démarrage plus long qu’on me dit, pour ajuster les espaces entre les chaises. OK, c’est cool, considérant que j’étais justement au pied alors qu’ils permettaient enfin l’embarquement des premiers civils (les patrouilleurs avaient passé avant). Donc yeah first tracks!

Kandahar

Je me dirige d’abord vers la Rodeo, un petit sous-bois prenant de la Lilly’s Lip. Effectivement, je suis le premier. Je suis émue, mais prudent. C’est poudreux, mais variable entre l’état léger et durci. J’ai appelé cette condition de la poudreuse sportive : risquée mais assez plaisante quand même. En plus faut surveiller les cailloux, que le vent a réussi à découvrir par endroits.

Owl’s a beaucoup de potentiel pour tous les types de conditions et j’ai particulièrement apprécié aujourd’hui certains enchaînements pistes-sous bois qui fait vivre plusieurs émotions le long des 540m de dénivelé que compte cette montagne. Bien aimé ce matin la Kormans Dive, suivie des côtés de piste poudreux de la Kamikazee ou de la Centennial.
Des beaux sous-bois vallonnés aussi très invitants tels le Kandahar ou le Ponsoon.

Ponsoon

2 Petites piste doubles diamants de part et d’autre de la Kamikazee, La Newport Express et la Grand Allée offrent un défi de type couloir abrupte, mais ont besoin d’un bon enneigement pour bien couvrir les roches. J’ai fait les premières traces dans les 2 pistes, ça fait drôle!

Les damées n’étaient pas en reste, elles offraient un certain repos après l’ouvrage plus musculaire des pistes naturelles. D’un autre côté, travailler dans le sous-bois nous réchauffait, car ah oui, le mercure n’a pas vraiment grimpé au-delà du -20° aujourd’hui dans la montagne.

Une super journée donc, et dire que plusieurs belles pistes (Colorado, Upward trail, Lake View) ne sont pas encore ouvertes. J’ai quitté assez tôt, mes muscles me le demandaient. Finalement, le lendemain de vent, c’est un peu plus sportif, mais c’est beaucoup plus valorisant qu’un lendemain de veille. Santé !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Pierre Bégin
Pierre est skieur depuis l’âge préscolaire avec un intermède planchiste pendant les années 90; sans jamais abandonner le ski qu’il pratique régulièrement surtout en Estrie. Il aime partager sa passion par le biais d’une chronique de ski autant que d'aller vite, mais s’arrête souvent pour s’assurer de ne pas manquer un saut ou un virage de poudreuse oubliée!