VOS SPORTS:
Publication partenaire

Le Valinouët, Les jambes coupées ! – 5 janvier 2019

Ce matin, il nous faut un peu plus d’une heure et demie pour parcourir la distance entre le Mont-Édouard (notre destination de la veille) et le Valinouët.  La route est belle et le ciel semble vouloir se dégager.  De la rive Ouest du Fjord, nous apercevons au loin les Monts-Valins.  Ils ont la tête dans les nuages.  Comme de fait, rendu à la station, il neige.  Nous aurons la chance de débuter la journée sur un bon 10 cm de neige fraîche et légère.  Il fait -2°C, c’est parfait !

Le sommet enneigé de la montagne, à notre première descente :

 

Le Valinouët est une station coup de cœur pour bien des skieurs.  La montagne compte quelques belles pistes familiales ainsi que plusieurs pistes intermédiaires bien damées.  Son dénivelé respectable de 350 mètres est couvert uniquement de neige naturelle.  Les expressions « base ferme », « fond durci » et « glace » sont quasi-absentes du vocabulaire ici.  Les jeunes familles ainsi que les skieurs occasionnels ou moins expérimentés seront ravis par le choix des pistes.

Une première descente dans la Dufresne (piste bleue n°4) :

 

Le Boulevard (pistes vertes n°17, 17a et 17b) :

 

La Bellevue (piste bleue n°19 sur le versant Nord-Ouest) :

 

Le versant Nord-Ouest est ouvert depuis le vendredi le 4 janvier dernier.  C’est un secteur plus calme permettant de fuir l’achalandage du versant principal. Nous y retrouvons l’un de nos sous-bois préférés de la station : le Bras-Louis.  Malgré son ouverture toute récente, il est déjà entièrement tracé.  Il fallait être alerte près de la sortie en entonnoir car on y rencontre de nombreuses broussailles ainsi qu’un petit ruisseau non gelé.

 

Le clou de notre journée fut certainement la découverte du nouveau sous-bois n°31 « La Machette ».  Il ne figure pas encore sur le plan des pistes de la station, mais on y accède par le haut de la piste à bosses La Maltais (n°5).

 

Le panneau indique un sous-bois de calibre double losanges.  Nous nous attendons à quelque-chose de similaire à tous les autres sous-bois de la station qui sont également des doubles losanges.  Mais détrompez-vous, La Machette risque littéralement de vous couper les jambes.  C’est de loin le sous-bois le plus difficile de la station.  Ce n’est pas une piste, mais un escalier dont la première marche doit faire près de 20 pieds de hauteur.  Une succession de 3 falaises, espacées de courtes sections plus planes qui nous permettent de s’arrêter un moment afin d’apprécier nos exploits.  Ici, il faut savoir sauter et faire des virages serrés à 180°.  Vous serez avertis !

 

Voilà une journée qui termine bien un voyage.  Après 3 jours de ski consécutifs, nous retournons à la maison les jambes molles, les poumons remplis d’air pur et la tête pleine de souvenirs.  À vous d’en profiter maintenant !

 

 

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Lacroix
Christian Lacroix vit en Beauce et travaille en horticulture, ce qui lui laisse du temps pour les sports de glisse. Planchiste de longue date, récemment converti au ski, il pratique ce sport principalement en famille. Leur devise: une journée en ski, active, dehors et loin des écrans c’est une journée réussie!