VOS SPORTS:
Publication partenaire

L’espoir d’un printemps doux – Mont Orford – 2 avril 2018

Le mois d’avril regroupe différents types de skieurs :

  • Ceux dont leur saison est déjà terminée
  • Ceux qui s’initient
  • Ceux qui skient pour la douceur de la température
  • Ceux qui espèrent voir les astres alignés (lire : couverture complète + ciel bleu + neige molle sans bosses + terrasse + alouette !)
  • Ceux qui font avec

J’appartiens à la dernière catégorie.

Le ski de printemps cette année nous offre une couverture complète dans la majorité des stations et Orford ne fait pas exception. 31 pistes (0 sous-bois) étaient disponibles aujourd’hui et pour la plupart, la neige couvrait tout.

Pour la chaleur par contre, on demeure en mode hiver. Difficile de se débarrasser de cette satanée cagoule !

On a parcouru les 4 versants et le constat était semblable un peu partout :

  • Avant-midi sous une surface quand même assez durcie, mais où mes Cascades 110 s’en sortaient passablement bien.
  • Après-midi avec un mélange de glace et amoncellement de petites bosses molles. La surface n’a pas cassé avec le soleil, gêné de sa présence jusqu’à 11h.

Il y avait peu d’attente aux 4 remontées, mais quand même plus de monde que j’aurais cru, ce qui a fait sortir les plaques glacées à mesure que l’horloge changeait d’heure.

Évidemment, c’était plus mou du côté du Mont Alfred-Desrochers, ce qui permettait de négocier la Ookpic, malgré les découverts. J’aime ce genre de défi que le printemps nous amène. Notez que c’était la seule ayant cette allure :

La descente la plus populaire de la journée fut sans contredit le ski/snow cross installé dans la Pente Douce. Expérimentés ou pas, tous s’amusaient à essayer ce parcours. J’ose espérer que chaque station pourra offrir un trajet comme celui-ci, on a besoin de pratique !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!