VOS SPORTS:
Publication partenaire

Massif de Charlevoix, il y a de ces journées… 16 janvier 2019

Il y a de ces journées que l’on ne voudrait pas qu’elles finissent. Quand chaque descente de ski surpasse tes attentes, les unes après les autres. Quand le domaine skiable est si vaste et que tu as l’impression d’être un des seuls à en profiter. Quand tu passes deux fois au même endroit et qu’une bourrasque de neige a déjà effacé tes traces précédentes. Quand tu as vraiment l’impression d’être au bon endroit au bon moment…

Après une nuit trop courte et des conditions routières assez ordinaires, nous avons atterri au Massif de Charlevoix pour constater que la neige que nous avons affrontée en route s’est bel et bien retrouvée ici aussi. 10-15 cm de neige légère recouvrait les pistes et le vent a bien voulu remplir certains endroit plus profondément que d’autres. Même pas assez d’autos en fin de journée pour avoir rempli le premier palier de stationnement. C’est donc là qu’Isabelle et moi avons réalisé que nos attentes allaient facilement être surpassées!

Soyons francs, nous n’avons pas fait 4 heures de route le matin pour faire des pistes damées, quoi qu’elles semblaient en très bonnes conditions pour ce qu’on a vu. On est venu profiter des sous-bois, des bosses et de neige fraîche. Ce qui résume bien le menu de la journée!

La télécabine n’était pas en fonction tout comme le Maillard Express, ce qui laissait donc le Grande-Pointe Express et le Camp-Boule Express pour nous remonter vers le terrain de jeu principal. Après ma dernière remontée, j’ai réalisé que c’est la première fois que je viens au Massif et que je ne ski pas une seule piste côté camp boule. Il faut dire que devoir traverser vers le secteur Maillard en a découragé plusieurs, ce qui nous laissait des possibilités presque infinis de tracer cette neige vierge et finir en bas avec un large sourire!

Et c’est dans ce coin, plus précisément en descendant ‘’l’Écore’’, que nous avons fait la rencontre de Alain Blanchette, excellent photographe pour le Massif de Charlevoix et bon ami de notre Comète, Jacques Boissinot. Très talentueux et aussi vite que Lucky Luke sur la gâchette, il a dégainé sa caméra plus vite que son ombre à plusieurs reprises alors qu’on skiait ensemble en après-midi! Hélas vous ne verrez pas de ses photos dans cette chronique faute de temps, mais vous pourrez en admirer une sur la page Facebook du Massif de Charlevoix ce jeudi! Sinon, plusieurs de ses œuvres sont également exposées et en vente dans le chalet du sommet de la station et valent vraiment le coup d’œil…

Et c’est ainsi que nous avons descendus dans L’Archipel pour finir notre journée de ski avant de rejoindre Alain au bar pour un peu d’après-ski bien mérité! Décision dernière minute mardi soir de venir ici ce mercredi matin, on a déjà hâte d’y revenir! Si vous pouvez skier dans les prochains jours, c’est le temps, les conditions sont excellentes dans Charlevoix!

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

David Maurer
Actif depuis plusieurs années dans le monde du ski au Québec, David est propulsé par une énergie infaillible (exception faite des matins sans poudreuse). Toujours prêt à aider ses semblables, David partage ses connaissances à tout va! Vous le verrez peut-être devant une caméra, en train d'expliquer comment atterrir en bas d'un rocher sans se casser la margoulette!