VOS SPORTS:
Publication partenaire

Massif du Sud — 24 mars 2019

Une armada de matériel de fine pointe, destinée aux essais!

«Le télémark, ça vous intéresse?» Il y a plus de dix ans de cela, faisant preuve d’une grande incompréhension à l’égard des intentions de mon interlocuteur, j’avais répondu: «Moi la télé, ça m’emmerde. Je n’en ai même pas. Le seul câble que je tolère — et pour lequel je suis prêt à payer —, il est autour de mes talons, lorsque je skie». Très vite, on est devenu pote; c’était un moniteur de télémark…

•••

En cette journée du 24 mars, au Massif du Sud, un festival de télémark bat son plein. Je voulais en être; il faut dire que l’organisateur en chef de l’événement, Mario Filion (de FilionSki) fait presque parti de la famille… Dans le cadre de cet article, je l’appellerai mon oncle (même avec toute mon affection, je ne suis pas sûr qu’il sera d’accord…). Mon oncle, un féru de télémark, se donne corps et âme pour lui donner vie; c’est ce qui le fait se promener de festival en festival, à travers la province, dans le but de faire connaître cette discipline sportive si vivifiante… Je l’ai rencontré au MDS à l’ouverture où l’on a quand même réussi à échanger quelques mots. Très occupé, il était… Toutes aussi occupées, ses filles et sa conjointe œuvraient également à la coordination de l’événement.

Mario, en salle d’essai avec Paule

Béatrice à droite

À notre arrivée, tout à déboulé de façon prodigieuse; je n’ai pu faire qu’une seule descente, pour me réchauffer, avant que les premières cliniques de la matinée ne débutent. Béatrice, en bonne organisatrice a trouvé le moyen de regrouper les skieurs et de les associer aux bons moniteurs. Il y avait au moins trois groupes en montagne. Notre groupe, mené de main de maître par Roch, était composé de Johanne, Éphraïm, et moi-même. Toute la matinée, on a pratiqué, raffiné, rafistolé notre technique. Pour finir, on a dévalé la Cathédrale; fallait bien se recueillir un peu, rendre grâce, en ce jour du Seigneur… 

Notre gang dans la cathédrale

Aujourd’hui, plusieurs moniteurs étaient à l’œuvre: Pierre, Guy, Gaétan, Roch, Mario… pour nous aider à mieux skier. Des bénévoles au mérite indéniable…

Gracieuseté de FilionSki, de la CANSI et du MDS, on pouvait, pour 30$, s’inscrire à une clinique et essayer de l’équipement de pointe en Télémark (fixations Freeride et Freedom de Rottefella, bottes Scarpa TX Pro et skis contemporains, notamment). Inespéré.

***

Les conditions de ski étaient (surprenamment) excellentes au MDS; à ce moment-ci de l’année, en ville, on a parfois l’impression que l’hiver est fini. Erreur. Venez au Massif du Sud. La tempête de vendredi à samedi a laissé une quantité importante de belle neige à travers toute la montagne. Le damage: exquis! Les sous-bois: délectables!

***

En après-midi, j’ai poussé l’impudence jusqu’à demander quelques conseils à Gaétan Lord—un moniteur télé dont la réputation n’est plus à faire. Le maître a accepté de m’accompagner pour quelques descentes, histoire de partager diagnostics et connaissances. Je n’ai pas été déçu; il a su me diriger efficacement, en vu de m’aider à corriger mes mauvais plis… Je tiens encore à le remercier bien bas… Je repars avec un bagage de recommandations qui donnera sens à mes prochaines pratiques…

***

En milieu d’après-midi, il neige à plein ciel. On est au MDS; ici, ce genre de truc, ce n’est pas de la fable; j’en ai la preuve; c’est possible…

Signe avant-coureur du printemps? On laboure les champs de neige

Je tiens à remercier Pierre Pinsonnault, membre émérite de l’Équipe Zoneski, pour sa collaboration…

PS: Je voudrais également remercier le MDS pour avoir choisi, étant donné l’exceptionnalité des conditions, d’opérer la remontée jusqu’à 16h… Merci aussi à Mylène pour avoir repêché gentiment mes clés, celles que j’avais foutu aux poubelles par mégarde…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Rodrigue Bélanger
Rodrigue vit à Québec et enseigne les arts. Skieur passionné, en station comme en hors-piste, il est toujours à la recherche de la petite planque qui lui permettra de goûter la substantifique poudreuse. Il est fou de télémark. En 3 pins, ou en fix à plaque, il est heureusement souvent à côté de la track.