VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Alta: retour vers le futur

5 octobre 2015 | Reportage, par Marianne Dandurand
Photos Filip Bertrand

Le Mont Alta  compte confondre les sceptiques et annonce sa réouverture pour la prochaine saison de ski, dans une formule à l’ancienne, mais décidément tendance : 100% hors-piste. Les normes ont finalement sonné le glas de la remontée mécanique, jugée irrécupérable. Bon nombre de skieurs sont farouchement attachés à la station de Val-David et, malgré la fermeture de la station l’hiver dernier, plusieurs s’y sont rendus (illégalement) pour profiter en hors piste des conditions offertes par dame Nature dans la ceinture de neige des Laurentides. C’est donc la preuve que la perte de la remontée mécanique n’altère en rien le potentiel du domaine skiable, croit celui qui dirige le projet, Jason Hodkin.

Selon lui, l’intérêt des skieurs y est.« Ça ramène à quand le ski a commencé, il y a 60 ans. On montait à pied et le prix était accessible pour les familles. Aujourd’hui, on paie 60, 70, 80$ pour une journée, parce que les infrastructures qu’on utilise pour skier coûtent cher », remarque-t-il, tout en rappelant que la plupart des stations ne peuvent assurer leur rentabilité dans ce contexte. Sans cette infrastructure à supporter, Mont Alta compte vendre ses billets de journée environ 12$.

Une étude de faisabilité a d’ailleurs été réalisée sur la rentabilité de la station, dans le scénario avec remontée mécanique. Les conclusions sont sans équivoque : échec garanti. « Il n’y a pas deux ou trois façons de garder cette montagne-là en vie, soutient M. Hodkin. Il y en a une seule, c’est en hors-piste. »

Rappelons que le Mont Alta, qui a connu sa part de difficultés au cours des dernières années, est resté fermé l’hiver dernier, à la suite d’une série de problèmes dont la mise sous scellé de la remontée mécanique et l’incendie de bâtiments. Auparavant, un plan de réanimation avait été orchestré par une poignée de passionnés du ski, dont plusieurs sont membres de la communauté web de ZoneSki. Jason Hodkin fait partie des gens qui tentent de relancer la montagne depuis trois ans.

Alta 2.0 : location, école et partenariats

Le promoteur concède que bien que l’engouement pour le ski hors-piste se fasse sentir, la pratique n’est pas encore très répandue. Ainsi, il compte tout mettre en place pour faciliter l’accessibilité à ce sport. Déjà, une entente est sur le point d’être signée avec la boutique Roc & Ride de Val-David pour offrir en location l’équipement nécessaire à la pratique de la discipline.

Une autre entente pour qu’une école offre des cours est sur la bonne voie et devrait se concrétiser sous peu. Des discussions ont lieu avec d’autres montagnes du secteur pour offrir des offres groupées. « On voudrait par exemple que les skieurs puissent venir passer l’avant-midi ici, faire deux descentes, puis continuer leur journée dans une autre montagne où il y a une remontée mécanique. »

Ceux qui avaient acheté leur abonnement de saison l’an dernier, avant l’annulation de la saison, ne sont pas oubliés. Jason Hodkin a en main la liste des abonnés et compte trouver une façon d’honorer le contrat, sous une formule qui est encore à déterminer mais qui pourrait inclure, par exemple, des billets gratuits.

Infrastructures

Jason Hodkin met en place les pièces de son projet une à une. D’ores et déjà, les frais d’assurance pour la saison sont réglés, de même que l’adhésion à l’Association des Stations de Ski du Québec (ASSQ). Au cours de l’été, une équipe a été engagée pour assurer l’entretien de la montagne, une tâche qui était auparavant orchestrée par des bénévoles. « Il y a beaucoup de gens qui sont embarqués, particulièrement avec ZoneSki, qui ont donné beaucoup de temps, et qui n’ont jamais eu la chance que ça prenne son envol. Je ne peux pas leur demander encore de s’impliquer. Je dois leur prouver que ça va rouvrir et leur donner la montagne. »

Sous peu, le chalet au pied de la montagne sera démoli. « Il est irrécupérable, l’eau s’infiltre de partout, le plancher commence à défoncer », soutient M. Hodkin. Une décision qui soulève des émotions, en regard de tous les moments dont ce chalet a été témoin au fil des ans, mais une décision prise pour aller de l’avant. Cet hiver, les skieurs auront droit à une unité mobile pour se changer, se réchauffer et manger leur lunch. 

Le promoteur appuie sont projet sur un plan quinquennal. Dans le meilleur des scénarios, un nouveau chalet sera construit dès l’hiver 2016-2017 et la station pourra couvrir ses frais rapidement. M. Hodkin est toutefois conscient des défis auxquels une telle opération fera face; sans dire qu’il ne s’attend pas à rentabiliser les investissements, il demeure prudent quant aux chances de réaliser des profits. Les défis d’opération, il en discute avec la direction du Mont Cascades, qui lui offre une forme de mentorat. Il est également soutenu par le propriétaire des terres du Mont Alta.

Un fil neige pour remplacer la remontée?

La décision de fermer la remontée mécanique s’est imposée d’elle-même. « Il y aurait des centaines de milliers de dollars à investir pour que la remontée respecte les normes », et on n’ose même pas imaginer le montant nécessaire à une nouvelle installation. Jason Hodkin s’intéresse toutefois à l’installation d’un fil neige, qu’il songe à installer temporairement au Mont Alta cet hiver.

« Ça prend environ quatre heures à installer et on pourrait l’avoir pour une fin de semaine. Ça en prendrait deux pour se rendre au sommet de la montagne, mais je veux pouvoir offrir la possibilité à ceux qui aiment la montagne et qui ne sont pas capables de la monter à pied de pouvoir la skier cet hiver. » M. Hodkin rappelle au passage que le fil neige a été la première forme de remontée mécanique au Mont Alta. Si l’expérience s’avère concluante, la station pourrait songer à acquérir cet équipement.

Qui est Jason Hodkin?

Jason Hodkin n’est ni entrepreneur, ni issu de l’industrie du ski. Originaire de Ste-Thérèse, il a grandi sur les pistes du Mont Alta. Il habite maintenant Toronto et exerce à temps plein le métier de policier. La montagne, c’est par passion. « C’est beaucoup d’heures, ça n’a pas toujours été évident, mais je suis content de l’avancement du projet. »

À l’aube de la nouvelle saison, il dirige seul le projet. On se souviendra de l’implication des dirigeants de ZoneSki, dont Christophe Deschamps, président et fondateur de la communauté de skieurs, qui est en quelque sorte à l’origine du mouvement de relance. L’équipe de direction alors impliquée a toutefois pris la décision de se retirer du projet en début d’année 2015 pour se consacrer à ZoneSki et reprendre une position neutre dans le projet. Jason est néanmoins encore soutenu par la communauté web: « ZoneSki va rester partenaire pour la promotion des activités et Christophe est toujours là pour conseiller. »

Jason Hodkin espère un lancement de saison en grand au mois de décembre pour la première journée de ski. « Une journée où tout le monde va avoir du fun, avec une ambiance de fête. Tout est en place, tout est structuré. À 12$ pour skier une montagne, avec un endroit chaud, c’est une belle offre. Ce ne sera pas traditionnel, ce sera hors normes, non commercial. Le hors-piste est tendance. C’est comme ça qu’on va garder la station en vie. » Il ne nous reste qu’à le faire savoir aux skieurs… c’est donc à suivre pour la saison 2015-2016!

ZoneSki vous invite à suivre et commenter la nouvelle sur le forum! Vous serez aux premières loges pour constater l’évolution du projet et vous aurez l’occasion de poser vos questions au président d’Expérience Mont Alta, Jason Hodkin. Suivez ce lien!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Marianne Dandurand
Journaliste devenue touriste, Marianne Dandurand explore le Québec dès que l'occasion se présente. Spécialiste des relations publiques, elle a travaillé pour quelques entreprises touristiques des Cantons-de-l'Est tout en acceptant différents contrats de rédaction lui permettant d'élargir ses connaissances. Mais l'hiver, c'est relâche: c'est le temps de skier!