VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont-Blanc: on respecte les skieurs! 26 janvier 2020

Le respect, mon homme!

Dites à voix haute le titre de ce paragraphe d’une belle grosse voix masculine, doublée d’un authentique accent québécois de fond de rang. Voilà comment exprimer ce que la station a réussi après cette bordée lourde et plutôt abondante. En ne soumettant au damage qu’un nombre limité de pistes, et en choisissant de garder intactes des pistes difficiles, la station fait preuve de doigté. C’était peut-être aussi plus économique! Peu importent les raisons, nous sommes nombreux à nous garrocher sans repos d’une descente à l’autre afin de faire nos propres traces dans une épaisseur neigeuse fort respectable. La densité du trésor fait appel à de bonnes jambes, de la vitesse et un brin d’audace. Il est difficile d’évaluer la quantité des accumulations puisque la neige humide (mais pas trop) est compactée sous son propre poids. En tout cas, je risque ceci: nous devons skier dans une vingtaine de centimètres mesurables. Il a donc neigé davantage. Du côté des pistes damées, le plaisir et la douceur sont bien sentis. Voilà comment une station réussit le tour de force de plaire à tous!

À 7:00 ce matin le temps est moche, mais le coeur est fébrile!

Dans la Guy McCann: damée seulement d’un côté.

Vers 9:00 le traçage est déjà bien défini, mais l’achalandage demeure modeste. Personne ne s’en plaint.

La météo moqueuse

Il faut bien se rendre à l’évidence: quiconque n’a pas le sens de l’humour n’est plus en mesure d’apprécier l’hiver au Québec. Au contraire, si on accepte que la météo nous rit en pleine face et qu’elle nous envoie des pieds de nez fréquents et imprévisibles, alors l’hiver est une fête! Les précipitations de la nuit passée sont justement l’une de ces célébrations des changements climatiques. Tout y passe: neige, pluie fine, thermomètre oscillant, du plus au moins, autour de zéro… Mais on en rit, n’est-ce pas? On a le sens de l’humour. On aime l’hiver. Le skieur dont le flair l’amène à suivre les bulletins météo et les prendre avec des pincettes, tout en se gardant une bonne marge de manoeuvre (du côté du pire, il semble) saura (pas toujours!) trouver la neige. J’en suis. Évidemment, je tolère le brouillard, la brume, la bruine, la neige mouillée, le doute, les crampes dans les cuisses et la morve au nez. Disons-le, Mont-Blanc me donne un beau défi aujourd’hui. Nous ne sommes pas si nombreux à avoir cherché à tester nos capacités sur les pistes. Tant mieux, car nous faisons de belles traces profondes jusqu’en après-midi. Ce qui d’après les commentaires glanés sur la page Facebook de ZoneSki n’est pas le cas dans toute les stations. Na, na, na, na!

…vont se perdre au bout la Terre…

La densité du brouillard varie. La cabane à sucre sent chaleureusement bon le feu de bois.

La remontée du versant Nord: le temps est clair. En montant, la visibilité diminue.

Une compétition. Il y a donc une piste fermée. Il reste quand même beaucoup de terrain à explorer!

Pis demain? direz-vous…

Ah, demain est un autre jour! Permettez-moi quand même une prévision (avec la réserve et la part de doute qui entourent maintenant nos hivers). Demain devrait être superbe! La température frôlera, en plus ou en moins, zéro. Le ciel demeurera gris. Le brouillard pourrait même vous masquer l’horizon. Dans une vie pas si lointaine dans laquelle je skierai à tous les jours dont j’en ai envie, demain sera exactement la sorte de sortie de ski que je ferai. Des pistes tranquilles, un damage parfait, des sections toujours sans damage, des surfaces tendres et sans glace… Hmmm!

P.S: Ne manquez pas la journée démo au Mont-Blanc, le 8 février prochain. Comme toujours, c’est la meilleure façon de comparer les skis en les essayant et en discutant avec les représentants des différentes marques. En prime, c’est gratuit! Si vous n’avez jamais profité d’un tel évènement, vous en ressortirez surpris; non, les skis ne sont pas tous pareils!

La billetterie demeure très raisonnablement occupée tout au long de la journée.

La Cougar comme toujours, augmente mon rythme cardiaque! Ne vous laissez pas tromper par les zones grises sur la photo; elle est en bon état. C’est une double diamant noir, après tout!

La piste école, Petite Mambo. Son tapis roulant fait des heureux.

Voici comment les skieurs naissent: ils sortent en glissant d’un tuyau alors qu’une monitrice à la patience d’or les attrape.

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.