VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont-Comi, 6 mars 2019

Surannée et pourtant si actuelle!

À une époque où les skieurs recherchent une expérience de glisse authentique et intense, le Mont Comi se démarque par sa pertinence, son caractère naturel et sa méga abondance de neige poudreuse. Son terrain skiable semble tout droit sorti d’un temps jadis. Le tracé et la situation topographique des pistes et sous-bois témoignent d’une époque où les skieurs comptaient pour les stations. Clairement, l’administration a choisi de conserver cette « saveur » unique. Le choix des parcours et des tracés n’a pas été dicté par la facilité d’accès des dameuses. Ici, aventure et défis sérieux font partie de l’équation. En somme c’est une destination intemporelle, malgré son âge, et qui cadre parfaitement avec la tendance actuelle de la glisse!

Pas un numéro

Durant ma pause-thé du matin, Richard Lépine, le directeur de l’école de glisse, prend 30 minutes pour me donner des conseils de ski. Gratuitement! À l’accueil, le sourire est sincère et chaleureux. La passeuse du Poma Lift (débrayable, svp!!!) me salue et me souhaite une bonne montée. Le gars qui déneige l’entrée se tasse pour me laisser le chemin et il m’ouvre la porte. Le propriétaire du Mont Comi, monsieur Roussel, qu’Alain me présente, m’offre une épinglette de la station. Vraiment, des pratiques d’une autre époque qui font chaud au coeur.

La totale 

Notre journée débute avec du soleil. Trente minutes plus tard, c’est fini. Nous avons le droit à tout: vent, neige, nuages, éclaircies, percées (très rares) de soleil. Cela ajoute au caractère presque mystique de la légendaire station. En regardant la station à partir du bas, les extrémités gauche et droite du domaine skiable laissent la place aux plus aventuriers avec des sous-bois de renommée. Vers le centre, se trouve du damé intermédiaire et expert. Légèrement sur la droite de la remontée principale (une quadruple), on trouve une poignée de pistes pour débutants. Une section à part, avec T-bar, est réservée aux débutants en contre-bas de la station. Quatre pistes vertes y accueillent les novices de première mouture. Notez que l’accès y est gratuit!

Histoire de genoux

En ce dernier jour de ski dans le Bas St-Laurent, mes cuisses et genoux de télémarkeur commencent à se manifester. MJ et moi skions tout ce qui tombe sous nos pieds. Préférablement du terrain difficile à très difficile. Nous sommes de passage pour la première fois, et puisque nous ne vivons que deux fois, aussi bien mettre la barre haute. D’ailleurs, mon ami et collègue Zone.Ski, Alain, nous guide dans des sous-bois vastes, pentus et ô combien magiques! Pis, il neige! Oh, ça c’est calmé. Oh, ça recommence; il fait sombre. Quoique une trouée bleue dans le ciel essaie de… Non, pas aujourd’hui…

Variété et défis

Au sol, la neige nous laisse tracer avec facilité. Le damé est certes magnifique, mais nous n’avons pas roulé sept heures depuis Vaudreuil pour en skier! Au contraire, les légendaires sous-bois (simple et double losanges), nous appellent à tue-tête. Alain avait dit vrai: le terrain naturel est mémorable. La variété de terrain permet à tous les calibres de skieurs et planchistes d’y trouver leur compte. Cependant, ce sont sans doute les experts qui riront le plus fort. D’ailleurs, c’est ce que je fais en voyant le soufflet de ma botte de télé s’ouvrir béatement. Oui, toute bonne chose à une fin et mes bottes trahissent leurs 15 ans de génuflexions… Viva el Duct Tape, gracieuseté de l’atelier de réparation.

Un autre coup de coeur

Notre virée de ski dans le Bas-St-Laurent nous a menés vers des destinations superbes. Le Mont-Comi est notre plus récent coup de coeur. Tout y est parfait et mémorable. Comme je m’y attendais.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.