VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont-Édouard, le Secteur du Grand-Pic en primeur, Dimanche 9 décembre 2018

C’est avec impatience que j’attendais l’ouverture d’un nouveau terrain de jeu dans l’arrière-pays du Mont-Édouard. Il faut dire que la carte des secteurs présente depuis près de deux ans, deux zones en bleu, identifiées comme ‘’À venir’’…  Maintenant c’est chose du passé fini le suspense! 

La neige abondante de la semaine dernière a permis d’aller chercher près d’un mètre et demi en accumulation totale sur 7 jours. Si d’autres régions ont reçu les dernières précipitations en pluie, croyez-moi, c’est d’la neige qu’il y a à l’Anse St-Jean. C’est rare qu’un 9 décembre tous les secteurs sont ouverts et offrent de belles conditions de haute-saison. Partis la veille pour être sûr de pouvoir profiter pleinement de la journée, on s’est rendu pour 8 :00 à la montagne. Petite précision, le nouveau secteur est accessible en sortie guidée seulement, je vais revenir sur le <pourquoi>plus loin dans ce billet. Nous avons pu avoir accès à la remontée mécanique pour aller chercher le sentier d’ascension en direction de la vallée des géants vers les 9 :00 avec notre guide, Emma. Une fois au sommet, on a fait une petite pause au gite avant de s’élancer dans une voie plus à gauche du secteur des géants. Même si certains s’étaient déjà amusés avant nous, il restait de belles lignes à tracer dans une belle neige légère. Pour les habitués qui savent à quoi je fais allusion, c’est toujours satisfaisant de commencer le circuit avec ce secteur, la vue est époustouflante et l’on peut apercevoir le secteur de la grive sur la montagne avoisinante. Nous avons même eu droit à quelques rayons de soleil en cette journée un peu voilée.

Ensuite c’est l’ascension de la Grive pour aller rejoindre le secteur du Grand-Pic. Plus on monte, plus la quantité de neige qui nous entoure est épatante, c’est quand même fou pour un début décembre. Une fois arrivés au sommet, le chemin fait un <Y>, une voie mène au refuge de la grive et l’autre vers le sommet du Pic. Nous avons pris la décision de nous rendre directement vers notre destination, sans escale au refuge. Arrivés au sommet de prédilection, pause lunch et topo du guide sur le secteur, on enlève les peaux pour se mettre en mode descente. Le sommet était un peu balayé mais sans-plus. Les nuages nous cachaient un peu le panorama, cependant une fois la descente amorcée, nous avons eu une belle vue sur le Lac de la Rivière.

Il s’agit d’un secteur skiable large d’à peu près 500m à son maximum et d’un dénivelé de 402m sur 1000m de descente. L’altitude du Grand-Pic est de 795m donc côté point de vue c’est sûr que ça en jette. Au niveau de la qualité de pente, je me suis demandé ou j’étais parce que c’est presque surréaliste, il y a possibilité de skier un peu plus à gauche pour aller chercher plus de <Pitch> sinon le côté droit offre une descente de niveau intermédiaire sans cacher aussi quelques bons <pitch> ou s’accumule la neige de façon exubérante. D’ailleurs, son orientation sud-est via les vents dominants du nord-ouest fait de ce secteur une vraie <dompe> à neige. Tout au long de la piste, l’aménagement forestier est remarquable autant en haut qu’en bas c’est vraiment une valeur ajoutée. On se sent par moment dans un secteur des chics-Chocs ou même de l’ouest.

Le temps file quand on s’amuse! Une fois la descente terminée, on remet les peaux pour le retour vers le bas de la vallée des géants car il reste tout de même l’ascension du sommet Sacré-Cœur, dernière descente avant de revenir en station et terminer la journée. Je comprends qu’ils offrent seulement l’accès guidé au secteur du Grand-Pic car une mauvaise planification du temps peut facilement amener une rentrée tardive. Je ne sais pas si l’administration conservera cette directive mais elle est très logique compte tenu qu’il reste un peu de balisage à faire et que nous sommes dans les journées les plus courtes de l’hiver. Je me permets une petite critique, 9 :00 am pour débuter la remontée mécanique, je trouve ça  un peu tard. Je crois qu’une heure d’avance permettrait de s’amuser davantage et même permettre une descente de plus.

David et Emma saluant le Grand-Pic sur le chemin du retour. Crédits Photo Julien Guay

Allez -voir les secteurs haute-route offert par le Mont-Édouard, c’est vraiment une référence et vous serez charmés par le paysage, l’équipe sur place et la qualité de l’offre.

N’hésitez pas à consulter leur site pour de plus amples informations :

HAUTE-ROUTE

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Julien Guay
Mordu de glisse depuis son jeune âge, Julien vous invite à suivre ses récits à travers le Québec, en piste et hors-piste. À l'affût des meilleures conditions, il chasse les bordées et se fixe comme objectif de partager de son mieux son amour du ski dans le meilleur (et parfois le pire) environnement.