VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Olympia, 24 février: Déçu…

À ceux qui pourraient croire que Zone.Ski porte des lunettes roses, détrompez-vous et lisez ce compte-rendu. Certes, notre équipe est composée de skieurs et planchistes passionnés pour qui une mauvaise journée de glisse est rarissime. Cependant, force est d’admettre qu’aujourd’hui le chroniqueur est vaincu. Les conditions marginales et désagréables ont raison de ma foi presque sans limite; du ski moche et repoussant ça existe… Je ne l’aurais pas cru si on me l’avait dit.

D’entrée de jeu, soyons honnête: la station n’y est pour rien. Ce sont les conditions météo très difficiles des dernières semaines qui rendent le terrain si éprouvant. Pluie, verglas, fonte, soleil, gel, dégel, regel, alouette! Comment voulez-vous que même une des stations les mieux damées du Nord réussisse à surmonter le défi? À l’ouverture ce matin, le corduroy est prometteur, vu du remonte-pente. Mais dès que j’entends des skis glisser sur la piste, je réalise que le corduroy est… de fer! Il a verglacé durant la nuit; après le damage. Vous voyez le scénario. Je comprends alors que ma foi a été plus grande que celle de nombreux skieurs qui, eux, ne sont pas venus. Belle journée pour faire le ménage du sous-sol!

Ce que la station aurait peut-être pu faire, cependant, c’est gratter le verglas collé à la surface des sièges des remontées. Un attention qui aurait plu aux skieurs qui font fondre ce verglas à la chaleur de leurs fesses. Vite détrempées!

De grandes coulées d’eau de fonte de surface ont gelé durant la nuit. Elles traversent plusieurs des pistes. Le damage y a été impossible. Dérapage total! Il est possible de carver pour qui y met la puissance et la détermination. Encore faut-il avoir les bonnes planches et qu’elles soient bien affutées. Ailleurs, le corduroy achève sa vie rapidement. Je redoute ce qui viendra après; la glace pure et simple. Je ne verrai pas le résultat puisque je quitte à 10:00, déçu. Pas de la station, à laquelle je demeure très fidèle, mais bien des conditions. En effet, c’est la même « neige » transformée cent fois qui est recyclée et rebroyée par les dameuses jour après jour depuis deux semaines. Et cette pluie récente qui a dramatiquement amincit la couverture neigeuse…

Si j’avais des skis plus rigides, je continuerais jusqu’au lunch. Dans ces conditions désagréables, mes Rossignol Sky 7 atteignent leur limite. Je ne me souviens pas d’avoir mis un terme si hâtif à une journée de ski. Ah, si seulement j’avais les Dynastar Speedzone 12 Ti que j’ai essayés il y 2 semaines… Par chance, on prévoit de 10 à 15 cm de neige d’ici demain soir. Faudra voir lundi ce que cela aura donné. N’hésitez pas à ajouter vos commentaires suite à ma chronique. Ou si vous avez persisté plus tard que moi en journée. Votre feedback pourrait faire la différence pour plusieurs lecteurs tentés de venir à Mont Olympia. Pour le meilleur ou pour le pire!

Vivement de la neige!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.