VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Orford! You Rock!! – 6 février 2018

Ha que cette nouvelle neige était attendue depuis un certain temps dans le sud du Québec!! Enfin la voilà! Afin de profiter des 43 cm tombés dans les derniers jours, Julien et moi avons mis le cap sur la région des Cantons de l’Est pour y skier du haut de ses 589 mètres de dénivelé le mont Orford et ses versants (surtout ses sous-bois;) )

Une fois à la montagne, je constate que la remontée principale de la station (l’hybride) n’était pas en fonction! Au service à la clientèle, on m’informe d’un bris mécanique survenu tôt en matinée, mais qu’on avait par le fait même démarré la remontée du Rapido (chaise triple des années 80 donnant accès au sommet) qui est en fin de compte le back up de la remontée Hybide, car je ne la vois que rarement fonctionner.

Pour commencer la journée, nous nous sommes dirigés vers les deux versants du mont Giroux pour y attaquer en partant les sous-bois de ceux-ci et nous n’avons pas été déçus, car lorsqu’ils sont bien enneigés, les sous-bois de cette montagne sont dans les tops au Québec. Les sous-bois Lacroix, Lloyd Langlois, Nicolas Fontaine, Labrecque et, etc. offrent du challenge à en revendre et j’ai surtout aimé dévaler le Dubreuil, un sous-bois double losanges très incliné et accidenté qui m’en a donné pour mon argent. Oui, il était toujours possible d’accrocher des obstacles naturels, mais avec cette nouvelle neige, ils en valaient le coût. Comme dernière descente sur le mont Giroux,  nous avons descendu sous la remontée mécanique (Giroux nord) qui se veut le côté sauvage de la piste Magnum et ce fut une magnifique descente dans la neige naturelle ainsi que dans de belles bosses.

Par la suite, direction de la remontée hybride qui était de nouveau en fonction pour y skier les nombreux sous-bois du sommet du mont Orford. Une fois débarqué de la remontée, la vue était superbe surtout avec toute cette neige givrée dans les arbres. Nous avons commencé par le sous-bois Passe de l’ours (très long et accidenté) très exigeant pour le corps, car ça brassait. Les sous-bois sur le versant du mont Orford étaient bien enneigés, mais beaucoup plus utilisés par la clientèle alors ils étaient par le fait même plus grattés comme on dit dans les jargons du ski. Mention honorable à la piste Contour qui est toujours un must à Orford pour les amateurs de sous-bois avec ses nombreux caps de roche.

Après une brève pause pour s’hydrater, nous avons décidé d’attaquer la piste la Super directement sous la remontée de l’hybride. Du haut de la remontée, je la croyait fermée, car je n’y voyais personne la skier. Une fois dans celle-ci, elle était bien ouverte et je n’ai qu’un mot à dire et redire, WOW! Pratiquement pas skiée, pleine de belle neige fraiche, accidentée comme je les aime, je me sentais comme Cadide Thovex dans celle-ci (j’ai bien dit, je me sentais comme Candide Thovex:)) j’ai eu un fun fou à la dévaler (par trois fois, car je n’étais plus capable de la laisser). Bosses, nombreux caps de roche à dévaler et sauter, accidentés et pleins de neige fraiche, demandez-vous pas pourquoi je marche comme un pingouin aujourd’hui!

Aujourd’hui, le mont Orford nous offrait 39 pistes sur 44. Toutes les remontées étaient en fonction à part la chaise double du versant Alfred Desrochers et le Rapido en après-midi. L’attente était nulle à ma plus grande joie pour la télécabine. La météo était variable avec quelques percées de soleil et surtout des flocons de neige toute la journée, mais beaucoup plus significatif en fin journée ou ça tombait assez fortement, le mercure était à -5 degrés avec pratiquement aucun vent. Les conditions étaient variables par endroit. Dans les pistes régulières avec neige artificielle, la base était dure et de plus en plus glacée par endroit au mesure qu’avançait la journée mais avec tout de même une bonne couche de neige fraiche. Dans les sous-bois, la base était ferme par endroit et quelque peu glacée dans les pitchs, mais un pur délice avec toute cette nouvelle neige.

Julien dans le haut incliné de l’Intrépide

En conclusion, Orford, tu nous en mis plein la gueule avec tes longs sous-bois enneigés. Pour moi, tu es la montagne la plus hardcore au Québec avec ton long dénivelé, tes longues pistes, tes nombreux pitchs et surtout avec tes nombreux sous-bois partout en montagne et ne pas oublier  ma piste favorite, la Super, elle est tout simplement superbe!

Eric Boyczun

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Éric Boyczun
Éric fait partie des plus anciens membres de l'équipe de ZoneSki. Sa passion pour ce sport n'est un secret pour personne et son plaisir à skier transparait sur chaque photo de lui, où il arbore un large sourire même dans les descentes les plus techniques!