VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont-Sainte-Anne – Séquence parfaite pour le nouvel an, 1 janvier 2019

Avec les conditions que l’on a connues les derniers jours, je suivais les prévisions météorologiques de près. Ce matin, les stations à l’est de Québec présentaient à peu près toutes le même bilan. Je choisis donc d’aller au Mont Saint-Anne, une station que je ne connais pas parfaitement mais j’avais un « feeling ». À 8h30, je suis assez impressionné de voir le peu de gens sur place et je tombe sur un local, Pierre-Luc, qui me guidera toute la journée.


On débute par la Pionnière pour se réchauffer où il y a 15 cm de neige fraîche mais dense. Ce qui couvre très bien la base ferme et glacée des derniers jours. On fait nos premières traces et on surveille l’ouverture du secteur expert, à l’ouest des gondoles. La suite sera un enchaînement parfait avec les ouvertures progressives pour un total de 14 descentes, dont la presque totalité en « first track »!
 Nous voilà donc en route vers le haut de la Gondoleuse. On y trouve un 25 à 30 cm de neige dense, non tassée par le vent mais avec quelques endroits précaires où l’on peut apercevoir le fond de glace.


Ensuite, la Canyon et la Sept-Chutes en reprise jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de poudreuse vierge à tracer. Le fond n’est pas si loin mais avec des virages légers, on flotte jusqu’en bas ! La température et les conditions sont vraiment excellentes, quelques percées de soleil, aucun vent, est des lignes de poudreuse assez longues que mes jambes ont de la difficulté à suivre.


Comble de chance, les patrouilleurs ouvrent encore un peu plus le secteur non damé, de la P-A Rousseau à L’Espoir. On en profite pour « slasher » une descente après l’autre !

Puis, en fin d’avant-midi, le vent se lève et souffle de plus en plus, assez pour renflouer les traces. Malheureusement, la Gondole doit être arrêtée pour cette raison et l’attente coupe notre rythme et notre timing incroyable jusqu’à maintenant. On se dirige alors (comme beaucoup d’autres) vers la chaise L’Express plus à l’est. Pierre-Luc me quitte et mon ami Jean-Frédéric me rejoint, on descend la Montmorency et L’Express où les bosses se sont formées et quelques plaques de glaces sont ressorties avec l’achalandage plus élevé.


Finalement, mon partner me pousse à retourner dans la P-A Rousseau pour terminer la journée. On a encore pu trouver quelques lignes de poudreuse non-tracée! Brûlé raide, je prends ma première pause de la journée et je repars avec le sourire. Merci au M-S-A et à ses employés pour cet excellent début d’année, mimosa inclus!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Louis Ricard
Louis est dévoué au snowboard depuis déjà plusieurs années en étant sur les pentes peu importe les conditions et en se promenant un peu partout au Québec. En passant par le carving sur la neige dure au pentes abruptes dans la poudreuse, il en tire le maximum! Il livre des comptes rendus techniques qui plaisent aux passionnés.