VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Sauvage, lundi 19 décembre 2016

À -26C sur le thermomètre, il fallait être motivé pour sortir du lit ce matin. Ayant reçu une invitation pour aller explorer une montagne que je n’ai jamais skiée, je ne pouvais quand même pas passer à côté de l’occasion sous prétexte qu’il ne fait pas -5C!

J’ai donc rejoint mon ami Marc-Antoine au Mont Sauvage dans les Laurentides pour faire quelques virages dans la neige qui souhaitons-le : serait encore vierge. S’il faisait froid en sortant de l’auto, ça n’aura pas pris 15 minutes d’activation pour être confortable et oublier totalement qu’on était pas exactement à Cancun.

La montagne culminant tout juste au-dessus de la barre des 500m et ayant un somme toute petit dénivelé de 127m offre quand même certaines sections plus pentues , ou il est possible d’enchaîner quelques virages intéressants.

On s’est d’abord lancé dans la Geronimo, qui à mon avis nous aura offert le plus de pitch de la journée. Le seul truc c’est qu’il manque encore de fond et les multiples roches et branches de la piste n’étaient pas très loin. La deuxième descente s’est faite dans la Cheyenne qui est aussi la ligne des T-Bar. Je ne conseillerais pas cette descente par jour de poudreuse étant donné son faible degré d’inclinaison. Finalement, on a terminé notre journée dans la Apache qui offre quelques endroits pour sauter, mais qui nécessite le passage d’un skieur pour aider le pauvre planchiste que je suis à franchir le flat du milieu.

Le verdict? Belle petite montagne qui peut servir à enchaîner quelques virages dans la neige fraîche en semaine. Il manque encore une ou deux tempêtes avant de pouvoir exploiter son plein potentiel, mais gardons en tête qu’on est seulement en décembre et comme dirait Marc-Antoine : « Ça vaut toujours mieux qu’une journée au travail »!

 

David Ménard

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

David Menard