VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont-Ste-Anne, mystérieux mélange – 21 janvier 2019

Le lendemain d’une tempête ayant laissé plus de 20 cms de neige légère, c’est au Mont-Ste-Anne que je suis pour l’ouverture. Rêvant de sous-bois immaculés, de sapins pliant sous la neige, je resterai un peu sur ma faim.

Récit d’une mystérieuse journée.

Ayant adoré mes descentes dans la Triumph la semaine dernière, c’est là que je décide de m’élancer en premier. Certes, le vent a soufflé fort hier et je ne m’attendais pas à ce que la Crête soit un corduroy moelleux, mais je ne m’attendais pas non plus à ce que j’ai découvert dans ce sous-bois double diamant. La partie supérieure n’avait pas échappé aux altérations du vent: roches, souches, branches jonchaient le sol. Rien à voir avec les conditions de la semaine dernière. La paroi ayant été ventée dans sa quasi entièreté, la descente était hasardeuse par endroits. Pour experts seulement!

Qu’à cela ne tienne! Le secret bien gardé du Mont-Ste-Anne un lendemain de tempête restera toujours les versants ouest et nord, beaucoup moins influencés par le vent. C’est avec la Sydney Dawes que mes planches trouveront la neige qu’elles cherchaient. La poudreuse doit certainement atteindre une trentaine de centimètres de profond. À l’heure que j’y passe, il y a déjà plusieurs traces, mais on peut toujours tracer en bordure de pistes ou rester plus au centre sans toucher le fond, ni aucune roche ou souche. La glisse est agréable!

La Première Neige, une piste intermédiaire que j’apprécie particulièrement à cause de la constance de sa pente et le fait qu’elle est laissée au naturel est ma prochaine destination. Malheureusement, elle est damée aujourd’hui, même si le site internet de la station l’indique comme non travaillée mécaniquement. Au nord, presque toutes les pistes ont été damées. Un lendemain de tempête, ça n’aurait pas été mon choix, mais plusieurs amateurs de damé frais ont du s’en donner à coeur joie. La Corde Raide, seule remontée à l’ouest où les pistes pleines de neige et non damées nous attendent, est fermée. Les plus braves ont assurément eu d’excellentes conditions dans ce secteur.

Après plusieurs descentes au nord, dont quelques unes dans la Vital Roy que je n’ai jamais vu aussi belle, il est temps de retourner au sud pour les sous-bois hallucinants que sont la Yahoo et la Palette. Comble de malheur, la Montmorency est (encore) fermée pour enneigement, il est donc impossible de rejoindre l’entrée de ces deux sous-bois. Je m’empresse de suggérer aux gens de la station de laisser un corridor disponible en bordure de piste pour laisser l’accès possible aux sous-bois. En indiquant que seulement ces pistes sont accessibles, il serait alors possible de laisser le magnifique terrain de jeu accessible, spécialement un lendemain de tempête. En espérant que cette demande soit prise en considération!

Je retourne chez moi après quelques heures de glisse avec un sentiment mitigé: le cordoroy était certes super, mais un lendemain de tempête, ce n’est pas ce que j’espérais. Je suis surprise par les décisions de la montagne de laisser si peu d’accès facile aux pistes naturelles et pleine de potentiel que sont les pistes à l’ouest et les sous-bois.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Sarah-Anne Vidal
Avec des débuts heureux sur la petite montagne du coin, Sarah-Anne a toujours préféré la nature à la ville. Adepte de plein air de tout genre, de course à pied et de vélo, le ski est un élément central de ses hivers. Active, elle pratique le sport pour le plaisir avant la compétition; l'air pur et les grands espaces étant source de réconfort. Diplômée en art et lettres, elle sait très bien transmettre ses impressions. Suivez son parcours hivernal dans la sérénité.