VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Sutton – 13 février 2019

C’est avec beaucoup de fébrilité qu’on l’attendait cette tempête ; « Salvatrice du blues du ski » qui nous a pour beaucoup atteint après la pluie dévastatrice des derniers jours. Surnommée « Maya » par nos voisins du Sud, cette dépression massive provenant du sud-ouest américain amenait avec elle énormément d’humidité. En regardant les jours précédents le 13 février, il était clair que la province au complet allait se faire bien poivrer par cette tempête mais il semblait plutôt incertain où il allait neiger le plus.

No photo description available.

Pour ma part, l’Estrie et particulièrement Sutton ont une place spéciale dans mon coeur. C’est pourquoi lundi, après avoir annoncé ce genre de météo pour les 2 prochains jours, mon choix s’était arrêté.  Malheureusement, mardi soir un blizzard terrible s’est levé et le vent s’est mêlé de la partie faisant lever la neige, ralentissant du même fait l’accumulation au sol. On s’est donc couchés un peu perplexes.

C’est avec étonnement que le matin nous nous sommes réveillés et…l’accumulation au sol était bien en deçà de nos attentes, même au pied des pentes. Peut-être simplement une illusion de bas des pentes?

Il n’en reste pas moins qu’étant dans les premières chaises de la montagne, la mince couverture de neige (environ entre 15 et 20 cm) qui recouvrait le fond glacé étant plutôt plaisant à skier, à faire cependant bien attention au fond des bosses qui était de la glace bien bleue.

La majorité des sous-bois se faisait tracer peu longtemps après leur ouverture, laissant bien le soin aux racines apparentes de venir chatouiller le dessous de nos pauvres skis. Il fallait être doux sur les palettes pour ne pas creuser trop profond. Ne sautons toutefois pas trop vite aux conclusions ; il y avait de la neige en abondance à partir du 5 et au sommet de la montagne au 7 mais….attention au fond des pistes qui n’est jamais vraiment bien loin. Les pistes « balisées » et à aire ouverte se sont vraiment avérées être notre meilleur choix et ce, jusqu’à tard dans la journée. Un bon truc de local à Sutton est d’aller faire un tour dans le bas de la montagne, vers le 2, 2 ouest et le télésiège 1 qui, à cause de leur dénivelé moins important, n’ont presque pas de visiteurs et qui gardent donc leur couverture de neige fraîche très longtemps. Mais ça, gardez-ça secret

Peu d’attente aux chaises nous permettait d’enchaîner les descentes les unes après les autres avec beaucoup de fluidité (on est en semaine quand même) et dame nature n’en n’avait pas fini avec nous et ses chutes de neiges si bien que la couverture neigeuse continuait de s’accroître de descente en descente jusqu’à 2:30.

Crédit vidéo : Louis-Charles Pilon

Vers 13:30, presque par miracle, le soleil semblait vouloir se montrer le bout du nez au travers des nuages mais cette brève interruption de précipitations ne fut que de courte durée. 15 minutes plus tard et c’était reparti pour de la neige à plein ciel. De façon générale est-ce que je suis content d’avoir pris congé? Absolument. Aucun regret. Est-ce que mes attentes étaient peut-être plus élevées que le résultat obtenu? Absolument. N’ayant pas skié le week-end précédent, je n’avais pas pu expérimenter la glace vive qui recouvrait toutes les pistes de ski du sud de la province et cette bordée n’est venue que s’accumuler au dessus de bien des plaques de glace en début de journée, avant de se faire taper et bien les recouvrir à mesure que la journée avançait. Toutes les pistes moins grattées sont cependant restées libre de glace vive jusqu’à la fin de la journée. Dieu merci la neige s’est assez tapée pour faire une épaisse couche au dessus de celle-ci.

Jeudi le 14 Février, jour de la St-Valentin, je prévois une superbe journée sur les pentes en compagnie de votre douce moitié, avec des températures plus que confortables oscillant entre le -2 et le -10. Il n’a pas arrêté de neiger non plus alors je prévois donc une superbe journée post-tempête pour ceux qui n’ont pu prendre congé aujourd’hui. Même si on le sait tous maintenant que les Laurentides ont reçu plus de neige que les Cantons de l’Est, le ski est maintenant devenu un sport d’opportunité. Et si j’étais vous, j’en profiterais pendant que les conditions sont revenues proche de leur meilleur!!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Félix LeBlanc
Félix est un passionné du ski, de la technologie et de l'art visuel. Curieux de nature, il se garde bien informé sur tout ce qui touche de près ou de loin ses passions et tout comme Ron Fournier, adore "donner son deux cents" à ses lecteurs. Chasseur de tempêtes pour tracer les plus beaux sous-bois de la province, sa maxime dans la vie est celle-ci : "Ta pire journée de ski est toujours meilleure qu'une journée ordinaire au travail".