VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont SUTTON, 14 mars 2019

On arrive à la période de l’année où le changement de climat s’effectue en quelques heures, exactement comme aujourd’hui. À 8h, il faisait -3… à 15h, il faisait +9. Ce fut une vraie belle journée où chacune des 60 pistes nous offraient un lot de divertissement et de défi, sur une couverture impeccable. La neige était molle, collante, gros sel compris. Dans les parties moins inclinées, elle pouvait nous faire freiner sans préavis. Amenez-en des changements, on est habitué maintenant !

Qu’on le veuille ou non, le printemps s’en vient tranquillement. Même si plusieurs d’entre nous voudraient mettre sur pause la saison hivernale et continuer à profiter des tempêtes de neige pour deux mois, toute bonne chose a une fin.

Parlant de temps, lorsqu’un non-initié se présente au village de Sutton dans les Cantons-de-l’Est, emprunte la mythique rue Maple, puis ascensionne le sinueux parcours jusqu’à la base de la montagne de ski, soit à 400 mètres, il a l’impression que le calendrier s’est mis en veille prolongée. Il aperçoit alors des installations fixées à un âge où l’on vivait sans médias sociaux, sans connexion sans fil. Le moment présent se partageait avec ceux qui nous entourait physiquement. N’y a-t-il pas un plus beau sport que le ski alpin pour être accompagné ?

La thématique du jour était donc la famille. Le bonheur en piste se partageait à l’aide d’un grand sourire. Facilement la moitié des plaques automobiles du stationnement provenaient de l’Ontario. C’est leur semaine de relâche, mais ça n’a pas inondé l’endroit. En fait, sans eux, la station aurait eu l’air désertique.

Il n’y avait aucune attente aux remontées. Contrairement aux pistes travaillées, les sous-bois étaient vides. Ca m’a permis d’exploser mes quadriceps sur une neige lente, mais exigeante, ne donnant répit à aucun virage. On pouvait y aller à fond la caisse sans craindre de prendre de la vitesse. Les bosses molles amortissaient le choc doucement.

Il ne restait qu’à terminer sa journée sur la terrasse… ou en sautant de joie !

Ayant reçu plus de 5 mètres de neige à la base, 6 au sommet, les surfaces seront agréables pour plusieurs semaines. La passe du printemps à 99$ va être rentabilisée dans le temps de le dire. La couche est profonde et épaisse.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!