VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont Tremblant 21 février 2019 – 100% poudreuse et sous-bois

Il faut l’avouer, cette année, les régions au nord de Montréal sont gâtées par des chutes de neige abondantes. Que ce soit des bancs de neige plus hauts que les autos sur le chemin, des toits qui ont un urgent besoin d’être déneigé, une base naturelle de plus de 1m50 au sol, les ingrédients sont maintenant réunis pour skier les pistes les plus extrêmes et les sous-bois que les stations ont à nous offrir sans avoir à se soucier de quelque obstacle que ce soit. Ajoutez aujourd’hui un « glaçage » de 5-10cm, vous avez une excellente journée de poudreuse à votre disposition. Ce n’est pas compliqué, à Tremblant aujourd’hui, c’était 100% des pistes qui étaient ouvertes et honnêtement, carrément ensevelies.

Il y avait cependant un achalandage plutôt intense en matinée, gracieuseté du congé de la « President’s Week » aux États-Unis et le fait que de plus en plus de personnes traversent la frontière pour skier Tremblant grâce à la IKON pass. Voici le Duncan vers 11h, on se croirait un samedi matin:

Qu’à cela ne tienne, l’attente à l’Expo Express et au Lowell Thomas Express était de moins de 2 minutes toute la journée. On a donc enchaîné les descentes dans ces deux secteurs dont notamment le nouveau sous-bois Dynagriffe. Tremblant est probablement la montagne que j’ai le plus skié dans ma vie grâce aux passes étudiantes et il est toujours agréable d’y découvrir de nouvelles pistes. Premier constat de ce nouveau sous-bois: c’est vaste, large et même avec certains obstacles comme des chutes de glace! Un excellent terrain expert qu’on est moins habitué de rencontrer ici, la station barricadant ce genre d’obstacles. Ici, Éric en action:

Le sommet était cependant très brumeux tout au long de la journée. Le ski dans les sous-bois aide définitivement à s’y retrouver par un tel brouillard.

C’était aussi la première fois que je skiais le sous-bois Taïga. J’ai souvent entendu parler de personnes s’aventurant dans ce secteur de la montagne qui se ramassaient sur le chemin Duplessis entre le versant nord et soleil. Même si c’était un hors-piste assez connu, c’est la première fois que j’y skiais aujourd’hui. Constat: encore une fois, une excellente addition à l’éventail de pistes de la station: un sous-bois très vaste, un peu moins à pic mais fort agréable. Il me fait carrément penser au sous-bois Timbuktu de Jay Peak. Votre humble zoneskieur en action:

Éric dans le bas de la Taïga:

Le Tunnel n’est plus seul comme zone de prédilection, même si la brume a eu comme effet de cacher encore plus l’entrée. Il était même possible d’y tracer jusqu’à tard en après-midi. (voir aussi photo de couverture)

Du côté du Edge, même le haut de la Haute-Tension est skiable très facilement. Le sous-bois du même nom regorgeait de lignes non-tracées en après-midi. Avouez que c’est invitant:

Où est passé le cap de roche dans la Boiling Kettle? Enseveli!

Même la Ryan Bas, piste où il faut d’habitude faire attention aux roches, était bien couverte.

C’est bien simple, tous les sous-bois et pistes à enneigement naturel aujourd’hui étaient en parfait état et franchement, il y a tellement de neige à Tremblant qu’on peut comparer ce genre de conditions à celles que j’ai souvent rencontré dans des stations comme Sutton et même Jay Peak. L’offre additionnelle de sous-bois disperse visiblement la clientèle donc ce type de terrain n’est plus tracé tôt dans la journée.

J’ai plus souvent qu’autrement skié Tremblant avec des skis de GS mais avec le genre de conditions que j’y ai rencontré aujourd’hui, il m’est permis de me poser la question suivante: Tremblant, une montagne de sous-bois? Je dois maintenant répondre par l’affirmative!

Profitez-en!

Bon ski!

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Julien V Francoeur
En ski, Julien est un adepte de la doctrine « avoir le bon outil pour faire la bonne job »; il est donc l'heureux propriétaire d'une quincaillerie assez élaborée de paires de ski. Il ne sort jamais sans traîner au moins deux paires de skis, histoire de viser toujours le ski parfait pour toute condition donnée, y compris les imprévus!