VOS SPORTS:
Publication partenaire

Montagne Blanche, 10 janvier 2019

Ahhh Laurentides, comme tu es belle ! Avec ta multitude de sommets enneigés, tu n’as (presque) rien à envier aux autres régions du Québec. J’apprécie particulièrement les alentours de Saint-Donat où on y retrouve la plupart des montagnes les plus imposantes de la région.

Dame nature a tenté de jouer un peu les trouble-fête dans les dernières semaines, mais les vilaines cicatrices infligées par les deux tempêtes de pluie/verglas durant la période des fêtes sont maintenant derrière nous et c’était enfin le retour des conditions hivernales dans le coin de Val des Lacs cette semaine.

Accompagné de Barclay et Marc-Antoine, j’ai fait office de guide touristique aujourd’hui afin de partager l’un de mes terrains de jeux préféré du Québec, c’est-à-dire la montagne Blanche. Un vaste réseau de ski de fond hors-piste arpente le territoire situé entre les municipalités de St-Donat et Lac Supérieur.

Depuis maintenant plus de 35 ans, les randonnées quatre saisons à travers des paysages éblouissants sont possibles grâce au dévouement acharné de nombreux bénévoles.

Au moment de mettre les skis aux pieds, nous faisons justement la rencontre d’un de ces bénévoles, un dénommé Normand qui avait donné rendez-vous à une douzaine d’autres skieurs passionnés.

Le plan de la journée était de visiter les plus beaux recoins de la montagne Blanche. Avec un départ au stationnement du Lac Rocher, juché à 500 mètres d’altitude, nous étions pas mal certain d’avoir un épais manteau neigeux à nous mettre sous la dent. La couverture neigeuse est pas mal impressionnante par ici. La base varie facilement entre 60 centimètre et avoisine 1 mètre plus on se rapproche du sommet.

Bien que le vent du nord était un peu frisquet dans la première portion du sentier, la montée constante et soutenue vers le sommet de la Blanche nous a vite réchauffés. La batterie des téléphones cellulaires de Barclay et Marc-Antoine (qui faisait office d’appareils photo pour la randonnée) ont tout de même rendu l’âme après quelques centaines de mètres. J’ai donc été élu à l’unanimité photographe en chef de notre expédition afin d’immortaliser notre périple.

Le sommet est situé à environ 5 km du stationnement. Bien que le sentier soit bien entretenu et balisé, l’ascension peut représenter un défi en soi pour les non-initiés. Habituellement quasi-déserte, la piste affichait une affluence record aujourd’hui. Une trentaine de skieurs, majoritairement des retraités, étaient présente sur la piste avec nous pour profiter des conditions de neige exceptionnelle. La plupart d’entre eux étaient équipés de peaux d’ascension. Dans mon cas, la bleu extra combiné d’une poussée active aura suffit pour dompter la bête.

Une visite à la Blanche ne serait pas une vraie visite à la Blanche sans profiter des couloirs de descente situés sur les flancs de la montagne. Nous avons donc enfilé quelques virages télémark au plus grand plaisir de mon groupe.

Malgré un horaire restreint, nous avons continué notre tournée vers le refuge du lac à l’Appel afin d’y reprendre nos forces avant le retour. Pour une des rares fois, le refuge était sur le point d’afficher « no vacancy »  en début d’après-midi.

Le retour a été particulièrement agréable avec une longue descente dans un sentier qui rappelait pratiquement des conditions de poudreuse damée en station.

Les jours qui suivront s’annoncent un peu plus froid les skieurs devraient se faire plus discrets. Les conditions devraient tout même rester excellentes.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-Paul Croteau
Si il y avait un temple de la renommée du ski de fond, Jean-Paul Croteau y aurait été intronisé depuis belle lurette. Inspiré par ses idoles de jeunesses Dickie Hall et Steve Barnett, le ski de fond n’a plus de secret pour Jean-Paul. De nature plutôt solitaire et de sociabilité ultra sélective, peu de gens peuvent se vanter d’avoir skié avec lui.