Publication partenaire

Montagne Blanche, cinco de mayo (5 mai 2018)

Au Mexique, le 5 mai (cinco de mayo) est la fête nationale optionnelle, principalement célébrée dans l’État de Puebla, où s’était déroulée la bataille et où ce jour est férié. En 2012 ont été commémorés les 150 ans de la Batalla de Puebla. 

La célébration du Cinco de Mayo est beaucoup plus populaire aux Québec, notamment à la montagne Blanche où elle existe depuis 1836. En juin 2005, le club de plein air St-Donat vote même une résolution demandant aux adeptes de plein air une proclamation reconnaissant la lutte du peuple mexicain pour son indépendance et demandant au peuple de marquer l’événement de cérémonies et d’activités de plein air appropriées.

Évidemment, avec les conditions de neige exceptionnelles cette année, pour rien au monde je n’aurais manqué cet incontournable de la culture populaire. De passage à Val des Lacs pour l’occasion, j’ai donc décidé d’attaquer les flancs de la montagne Blanche avec Geneviève pour célébrer cette occasion. Malgré une couverture bien dégarnie sur la majorité des webcams de la région (La Réserve et le versant Nord de Tremblant) nous avons tout de même tenté notre chance… 

La couverture neigeuse était très peu convaincante tout au long de l’autoroute 15; l’irréductible St-Sauveur était clairsemé de gazon sur la majorité des pistes, Gabriel et le Chantecler semblaient bien peu invitants malgré leur enneigement artificiel. Le constat semblait être le même aux abords de la 329, mais nous avons tout de même continué notre route jusqu’au stationnement de l’Inter-centre. Dans les derniers 500 mètres de route qui nous séparaient du stationnement, une coupure drastique a fait son apparition comme par magie. Le gazon qui était roi depuis plusieurs kilomètres de route a laissé sa place à une couverture de neige. 

Le sentier aux abords du stationnement est enneigé et laissait présager une randonnée possible.En moins de deux, nous avons attaqué, skis aux pieds, les premiers mètres du sentier. Le sentier de la montagne Blanche représente un défi en soi avec son approche d’environ 5km et ses 400m de dénivelé positif. Avec son orientation majoritairement situé nord, il est un des sentiers qui reste enneigé le plus tard dans la saison. Il est un peu paradoxal de penser effectuer une sortie de ski de fond un 5 mai alors que toutes les stations de ski alpin au Québec sont fermées à l’exception du Sommet Saint-Sauveur et ses 20+ pieds de neige artificielle qui recouvrent les deux seules pistes en opération. Aujourd’hui, à la Blanche, ce n’est pas moins de 10km de sentier qui sont toujours en opération avec aucun découvert (à l’exception d’une petite portion d’une centaine de mètres plus exposée durant la montée au sommet). 

Après une pause au belvédère du sommet, nous nous sommes replié sur le plan initial qui était de faire une descente dans une des pistes aménagées dans les flancs de la Blanche. Après 5km d’approche plutôt ardue, nous avons attaqué la descente rocambolesque sur nos skis de fond. Les conditions marginales nous ont donné du fil à retordre à plusieurs moments durant la descente. 

Malgré tout, je peux maintenant clore ma saison de ski de fond au Québec avec le sentiment du devoir accompli. Certains diront que le ski de fond est un sport d’hiver, détrompez-vous, c’est tout simplement un sport de neige qui peu s’étendre du mois d’octobre jusqu’au mois de mai avec un peu d’opportunisme. 

Merci à plein air St-Donat et tous les bénévoles pour l’aménagement de ce bijou!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Marc-Antoine Brissette
Fils illégitime du défunt Prof Bof, Marc-Antoine est passionné par deux choses: la neige et la science. Tantôt, en classique, tantôt en skating et tantôt en hors-piste, Marc-Antoine s’oppose fermement à la binarité de la discipline et refuse d’être associé à un camp défini. Follement amoureux de la neige, sa non-binarité lui permet bon an mal an de profiter de sa passion de la glisse d’octobre à juillet.