VOS SPORTS:
Publication partenaire

Montagne Saint-Pierre, La Rédemption – Après la pluie, la rédemption, 6 janvier 2020

Pourquoi? Pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’aller payer tribut à la Montagne Saint-Pierre?

*****

La Montagne Saint-Pierre, pour ceux et celles qui ne savent pas, est un secteur aménagé pour le ski hors-piste, tout près du village de La Rédemption. Modelé par la Coop Accès Chic-Chocs, le site est maintenant sous la gouverne de la FQME (Fédération Québécoise de Montagne et d’Escalade). Il faut d’ailleurs en être membre pour accéder aux 4 (5?) «sous-bois» de ski hors-piste ou payer pour un accès journalier (10$/personne)… 

Il fait beau. Pas un pet de vent, ni sur Météomedia, ni en vrai. Une journée parfaite… 

Je roule sur l’autoroute. Soleil et petite neige délicate. De la météo en or, je vous dis! Ma blonde chante sur des airs de la radio; elle a transformé mon gage à pneu en micro. Deux heures plus tôt, elle roupillait solidement; j’ai d’ailleurs dû utiliser une grue et une corne de brume pour la tirer de son sommeil…

En arrivant sur le lieu, 2 constatations majeures: 

  1. La signalétique s’est foutrement améliorée;
  2. Il y a de la neige à ne plus savoir où la mettre.

Au début, on met de l’ordre, on s’ajuste: quels skis, quels bâtons, quelles peaux? On tâtonne un peu avec notre matériel — qui nécessite certaines modifications/réparations, j’ai bien peur. 

L’approche est assez longue mais plaisante. Je suis un peu impatient. Ma blonde est contemplative. Elle m’apprend à me calmer, à apprécier le moment présent. Mais je cherche à maximiser le temps pour faire au moins 2 descentes. On réussira finalement à en faire 3… On est arrivé sur les lieux vers 12h30; il est préférable d’arriver en matinée, à mon avis…

Le sentier pour la montée nous offre un paysage qui ressemble à la Vallée des Fantômes du Saguenay (cf photos). On file vers la «Y» du secteur «Chaudron». Magnifique. Petit Bémol; il faut quand même faire attention… J’ai frappé des souches à 2 reprises. Rien pour nous faire penser à écrire un testament. Le site est fortement enneigé; un 15 centimètres de neige souple recouvre un fond assez dur —tributaire des précédentes épisodes de pluie, je présume. Les débris de coupe sont assez bien scellés, mais, pour la perfection, il faudra attendre la prochaine bordée. Tout cela ne gâche nullement notre plaisir…

Cheveux caméléon

Ma blonde skie comme une pro, juste en 3 pin & bottes Excursion. Elle a volontairement délaissé son équipement plus «lourd» et je crois qu’elle a eu raison. Parfois less is more comme disent les Liechtensteinois… More or less…

On termine notre équipée par la «I»… Le bas, plus pentu, a moins bien gardé la neige, il semble. Mais on ne peut se plaindre. On est choyés. Mais la nuit pointe…

La signalétique, très claire maintenant, me laisse perplexe… Il semble y avoir un nouveau site «La Cache à Ringuette». Je devrai me renseigner pour la prochaine fois…

Merci au RFSB (Réseau de la Fraternité des Skieurs du Bic) pour leur accueil (Ben, Emma & Axel). Merci à Esther et Pédro pour nous avoir hébergé durant notre séjour…

Fourbus, heureux, nous sommes. Fin.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Rodrigue Bélanger
Rodrigue vit à Québec et enseigne les arts. Skieur passionné, en station comme en hors-piste, il est toujours à la recherche de la petite planque qui lui permettra de goûter la substantifique poudreuse. Il est fou de télémark. En 3 pins, ou en fix à plaque, il est heureusement souvent à côté de la track.