Publication partenaire

Orford nous dévoile son tapis blanc! – 24 novembre 2018

Je n’étais certainement pas le seul à être excité…

Surtout depuis la bonne chute de neige il y a un peu plus d’une semaine un peu partout dans la province. Vraiment le fun celle-là. Non seulement cette neige n’avait pas fondue ou changée grossièrement de texture, mais Mère Nature en a ajouté encore cette semaine… Parlons ensuite du bon vouloir de la station de ski à débuter sa saison et le travail acharné de la ‘’fabrique à neige’’, le mont Orford nous a enfin dévoilé son tapis blanc pour la saison 2018-2019 aujourd’hui!

Pour un 24 novembre, les conditions étaient vraiment bonnes selon tous les commentaires que j’ai entendus. Oui, seulement le mont Giroux Nord était ouvert avec 5 parties de pistes qui donnaient essentiellement deux tracés du haut en bas de la montagne. Et alors? J’ai eu du plaisir à chacune de mes descentes. Je l’avoue. Je ne me sens même pas mal de l’avouer. C’est dans mon sang.

J’ai vu du blanc partout, des bords de pistes très moelleux, des sauts un peu partout que ce soit les quelques bosses dans les pentes ou les rochers bien connus aux abords des pistes d’Orford. Il y avait aussi les gens qui s’improvisaient de nouveaux parcours dans la neige naturelle pour se rendre au bas des pentes.

J’aime le blanc, ça me manquait. J’ai vu des conditions dans lesquelles vos skis mordent au lieu de déraper en faisant un son infernal comme on connaît trop souvent en novembre sur neige 100% artificielle. J’ai vu des gens pratiquer leur technique. J’ai vu le soleil rayonner sur les pentes. J’ai vu beaucoup de sourires et tout ça en bonne compagnie avec mes amis J-F, Bruno et Christine.

J’ai vu des débutants, des intermédiaires et des experts dévaler les mêmes pentes, mais je n’ai pas vu de confusion, d’arrogance ou de situations frustrantes. J’ai vu des enfants tomber. J’ai vu des pistes qui ne demandaient qu’à être damées pour ouvrir comme la Magnum et le haut de la Jean-D’Avignon, tout comme la Sherbrooke et la Slalom qui suivront sous peu selon les montagnes de neige fabriquées. J’ai aussi vu des gens descendre sans se prendre au sérieux, et j’ai aimé ça.

J’ai vu des lignes d’attente très faibles pour la chaise quadruple, probablement car je suis arrivé à 11 :00. Je n’ai pas vu les longues files matinales auxquelles j’ai entendu parler à mon arrivée. Tant mieux, je suis arrivé au meilleur temps alors, et j’en ai profité jusqu’à la dernière remontée à 15:50 alors que le préposé à la chaise nous disait qu’il nous avait à l’œil avant de fermer la remontée….

Avec du recul, j’en ai vu pas mal de choses à Orford aujourd’hui! Mais ce n’est qu’un début de saison et j’espère en voir beaucoup, beaucoup plus cette saison et le partager avec vous. Plus de terrain disponible. Plus de vitesse. Plus de sous-bois. Plus de poudreuse. J’en profite pour vous souhaiter la même chose, et qu’on se le dise, bonne saison de glisse à tous!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

David Maurer
Actif depuis plusieurs années dans le monde du ski au Québec, David est propulsé par une énergie infaillible (exception faite des matins sans poudreuse). Toujours prêt à aider ses semblables, David partage ses connaissances à tout va! Vous le verrez peut-être devant une caméra, en train d'expliquer comment atterrir en bas d'un rocher sans se casser la margoulette!