Publication partenaire

OÙ LA NEIGE SE RÉFUGIE-VALINOUËT 19 FÉVRIER 2018

Où la neige voudra bien se réfugier en début de semaine prochaine ? C’est la question que je me suis posée toute la semaine. Les sites météo annonçaient de la pluie et des températures chaudes, ou du moins aucune trace de neige fraîche voulant se pointer à l’horizon. Comme je suis plutôt bien renseigné sur le micro climat qu’offre la station de ski le Valinouët, je me suis mise à regarder les prévisions météo, pas du Saguenay, mais de la station même. Un petit truc, il est préférable de regarder « météo Valinouët » que « météo Saguenay ou météo Chicoutimi », les résultats de recherche sont très différents, le premier m’indiquait des précipitations de neige pour dimanche et lundi et l’autre de la pluie. J’ai donc pris la décision de faire la route vers le Saguenay dimanche après le travail.

Je savais que la journée allait être fort agréable, de part les conditions et aussi agrémentée de fou rire puisque ma collègue Zone ski Marie-Pier allait être présente avec son chum, Patrick. Pauvre elle, je pense que j’ai passé toute la semaine à lui parler des Monts-Valins et de la qualité de la neige, soit 100% naturelle. Je me suis mise un peu de pression. J’espérais bien que la température ne change pas en 24 heures. On peut dire qu’à cet endroit, il est très rare d’être déçu par les conditions de glisse. Le matin, la montagne annonçait des pistes damées et travaillées pendant la nuit. Cependant, en arrivant, je pouvais déjà bien observer qu’il y aurait de belles traces à faire et j’imaginais les sous-bois et la douceur de la glisse.

La montagne nous offrait le versant principal, le versant N-O étant fermé la semaine. Nous avons donc débuté la journée par « La Simard » le temps de se réchauffer les jambes. Ensuite « La Laprise » et « La Bégin ». Les pistes offrent encore de la neige fraîche en bordure de piste. La neige est douce sur toute les surfaces. Comme nous en avons de la chance d’être ici aujourd’hui.

Par la suite, notre collègue de Zone ski Jean-François, Patrick et moi sommes partis faire La Yéti, magnifique sous-bois à prendre par « La Pednault ». « La Yeti » était magnifique en aucun moment nous avons pu sentir sous nos pieds, des présences de glace, et quel plaisir de sillonner entre les arbres à notre rythme. « La Yeti » est accessible pour tout le monde, je conseille au débutant en sous-bois de ne pas hésiter. Le déniveler y est tout simplement parfait pour apprendre différentes techniques.

Ensuite, nous avons profité du maximum de ce que la montagne pouvait nous offrir en distançant notre heure diner aux alentours de 13hr. Nous avons enchainé avec « La Tremblay », « La Blackburn » et « La Lajoie » et encore « La Simard », le tout entrecouper de prises de photos et de discussions. À la suite de notre heure de dîner nous avons fait quelques descentes les pistes était encore très belles. Nous avons donc profité de la montagne jusqu’à la dernière minute. Nous avons fermé « La Yeti » Patrick et moi.

Ne vous demandez pas où je suis retourné skier aujourd’hui, avec un ami qui est parti de Montréal en voyant des photos que je lui ai transmis hier ….. N’oubliez pas le filon, surveillez : « Météo Valinouët » je pense que vous ne pouvez être déçue, il annonce encore 4 jours de neige à venir, profitez-en pour moi qui sera à découvrir de nouveaux lieux.

Bonne glisse !!!!!!

 

Marie-Pier:

Ah le mythique Valinouet! On en entend toujours parler en bien. Ca faisait longtemps que je voulais y aller, j’en rêvais en début de saison si bien que c’est ce que j’ai demandé comme seul cadeau au père noël. Hélas le père noël trouvait l’aller-retour de plus de 10h un peu trop long à son goût. C’est donc avec acharnement que je l’ai achalé nuit et jour jusqu’à lui chuchoter à l’oreille pendant son sommeil. Je vais t’avoir à l’usure! 

C’est finalement mi-février qu’il a capitulé. On book un airbnb, une visite au zoo de Falardeau, une journée de ski au Vali et un après ski à la voie maltée. Non mais c’est difficile de faire mieux pour dépenser chaque précieuse minute en territoire Saguenéen!

Nous partons vers 8h de St-Fulgence, le gps nous fais passer au travers les montagnes. Le chemin le plus court est toujours le meilleur chemin alors je ne pose pas de question et aucun son de cloche lorsqu’on tombe sur une route pas déneigé. On est presque rendu, on doit s’y prendre par 3 fois pour monter certaines côtés à bord de mon rutilant Focus. Non mais tsé on va y arriver coûte que coûte même si on est pas équipé pour! Finalement, c’est face à un pont fermé qu’on se bute. Eh merde! Il faut rebrousser chemin. 2h plus tard, on arrive enfin à la station, non pas sans avoir ventilé notre frustration… On a eu le temps d’abord…

À notre arrivée, tout s’efface à la vue de la montagne. Le 12cm tombé pendant la nuit rajoute une couche de wow au wow déjà en piste. La remonté quadruple tombe en panne au moment d’acheter notre billet, les gens sont vite dirigées au triple juste à côté. On s’habille rapidement, on rejoint Anouk qui vient du coin et qui fera office de guide pour la journée, j’ai très hâte d’y faire ma première descente. Sous les spatules, c’est doux! Nous skieurs des cantons de l’est, on oublie comment c‘est merveilleux de skier de la neige naturelle, l’absence de bruit sous nos carres, l’impression de skier un nuage. Ya pas plus merveilleux comme sensation. (bon ok peut-être qu’un 20-40cm de plus aurait pu être plus merveilleux, mais c’était déjà dur à battre!)


Aucune attente à la remontée tout au long de la journée sinon attendre la prochaine chaise. Nous avons rencontré plusieurs skieurs venus de l’extérieur comme nous profiter de la neige ou elle est et fuir la pluie qui s’abat presque partout dans la province. Nous avons rencontré un autre ZoneSkieur et sa conjointe, ce fut un plaisir de faire quelques virages avec eux. Décidément cette montagne est plein de surprise et j’ai déjà hâte d’y revenir, cette fois pour découvrir l’autre versant. Coup de coeur de la journée, la Tremblay pour moi, le sous bois Yeti pour Pat. Enfin, je n’aurai pas besoin de me battre avec lui la prochaine fois. J’ai gagné ma bataille et il comprend maintenant!

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Anouk Girard
Anouk est passionnée de ski depuis son enfance. Elle s'intéresse principalement au ski alpin et ski touring. Elle suit de près les nouvelles tendances depuis plusieurs années! Elle est passionnée d'aventures et de plein air et a fait de sa passion, son travail!