VOS SPORTS:
Publication partenaire

Parc du Mont-Tremblant – La Diable, 6 mars 2006

Avec ses 53 kilomètres de sentiers tracés en pleine nature et entretenus de façon impeccable, le secteur La Diable du parc national du Mont-Tremblant est sans contredit un des meilleurs centres de ski de fond au Québec.

Son principal attrait: on s’y sent très loin de la civilisation. Une fois en forêt, on ne risque pas d’entendre une voiture ou d’avoir à enlever ses skis pour traverser une route. Situé au nord des Laurentides et en terrain montagneux, le parc profite aussi d’excellentes conditions d’enneigement garantissant une longue saison de ski.

Tous les sentiers entretenus du secteur La Diable sont très larges et très bien tracés. On peut donc s’aventurer sur les sentiers plus difficiles sans craindre de se casser la figure dans une descente.

Le meilleur sentier du centre est d’ailleurs une boucle de 12 kilomètres classée très difficile, La Poisson. Partant de l’accueil qui est situé à 350 mètres d’altitude, le sentier grimpe jusqu’à 520 mètres, passe par deux refuges et se termine par une très longue descente comportant plusieurs virages qui est tout simplement fabuleuse.

De niveau intermédiaire, la boucle Le Bois-Franc est moins exigeante mais presque aussi intéressante. Le parcours de 10 kilomètres passe par un refuge magnifiquement situé au pied d’une longue descente facile, sur les berges d’un lac. Une superbe randonnée à la portée d’à peu près tout le monde.

Ceux qui préfèrent skier en terrain moins accidenté ont avantage à se diriger du côté ouest du lac Monroe. La boucle Le Lièvre, qui fait 8 kilomètres, est un des plus parcours classé facile que j’ai eu l’occasion de skier. Le sentier comporte quelques descentes agréables et passe lui aussi par un refuge.

Il y a aussi des sentiers plus corsés dans ce secteur. J’ai beaucoup aimé le sentier «B4», qui grimpe à très haut à flanc de montagne.

Cette piste classée très difficle commence au refuge Le Ravage, à environ 6 kilomètres du chalet d’accueil du parc. Le trajet pour se rendre jusque là est facile, mais ça se corse ensuite. La première partie du sentier B4 est une longue montée qui mène au refuge de La Ouache.

On grimpe de 230 mètres en un peu plus de trois kilomètres, alors c’est assez éprouvant.

Mais ça vaut la peine de souffrir un peu. Après l’entrée du sentier «B5», on a droit à une très longue descente absolument fantastique. Ça va vite, il y a des virages et la piste est suffisamment large pour qu’on puisse en profiter. La descente est si longue que j’ai dû m’arrêter au milieu: j’avais les jambes ankylosées!

La boucle passant par le sentier «B4» fait 17 kilomètres. C’est une superbe randonnée.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste et scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.